Navigation – Plan du site
Histoire - géographie

Pour une pédagogie du patrimoine et de l'environnement. Les ressources locales12

Rémi Azémar
p. 125-129

Résumés

Donner du sens aux lieux où l'on vit, mobiliser la responsabilité citoyenne et la solidarité sociale, coordonner les apprentissages : voilà les ambitions que peut susciter l'utilisation des ressources patrimoniales et environnementales locales dans les enseignements disciplinaires, tels ceux de l'histoire, de la géographie et de l'éducation civique.
Cet objectif ambitieux nécessite des adaptations dans le domaine de la formation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce projet innovant a été conduit par Rémi Azémar, professeur IUFM Montpellier, André Clément, cons (...)
  • 2  Pour plus de détails sur ce projet innovant, voir : IUFM de Montpellier. Projets innovants réalisé (...)

1Les objectifs de cette série d'actions de formation réalisées en 2000-2001 dans le cadre d'un projet innovant se sont fondés sur les assises programmatiques sollicitées par les thèmes du patrimoine et de l'environnement à l'école élémentaire. Ces dimensions dans les programmes, y compris au travers de leur réactualisation de 2002, ambitionnent la découverte des relations complexes entre le milieu et les actions humaines. Au-delà de cette prise de conscience, ces champs ont pour finalité la prise en compte de l'intérêt général, du bien commun. C'est la responsabilité citoyenne et la solidarité sociale qui sont ici en question. Les entrées patrimoniale et environnementale nous placent ainsi au cœur de larges enjeux.

2L'intention du projet était d'engager la réflexion en l'appuyant sur l'expérimentation d'une pratique dans le cadre de la formation enseignante à propos des potentialités offertes par les ressources locales. Ces dernières ont constitué les assises matérielles du projet, et tout particulièrement pour l'histoire, la géographie, et la culture régionale. Ce potentiel a également permis la mise en évidence de la nécessaire interaction entre l'école et les institutions susceptibles de contribuer au projet pédagogique.
Cette démarche s'est nourrie tout naturellement d'un enseignement fondé sur la mobilisation du champ le plus large des disciplines ; c'est donc là aussi une réflexion globale sur la pratique pédagogique à l'école élémentaire qui est ouverte.

Le dispositif expérimental

3Pour l'ensemble du dispositif, pour chaque action, des priorités communes se sont articulées autour de trois grands principes :

  • Renforcer et approfondir les contenus.

  • Utiliser des instruments appropriés aux procédures (ressources, personnes - ressources, TICE, etc).

  • Réfléchir sur la relation pédagogique la plus appropriée et sur les modalités de sa mise en place.

4Le dispositif expérimental de ce projet est en grande partie issu d'un questionnement auquel nous avons soumis nos choix de formation pour l'histoire, la géographie et l'éducation civique au sein de l'IUFM. Plusieurs impératifs sont apparus incontournables pour produire cohérence et efficacité, et ancrer notre action dans le réel.

5Le premier est parti d'un constat qui se doit d'être fait : la faible place en général effectivement réservée à ces matières dans l'enseignement élémentaire, au même titre que les sciences ou la technologie, malgré les préconisations réglementaires. La cause de cet état de fait la plus souvent retenue est que ces disciplines peuvent parfois paraître plus délicates à enseigner et seraient surtout trop coûteuses en temps face à d'autres, considérées comme davantage fondamentales. Il s'agissait donc d'alimenter le plus possible notre action de formateurs en termes de contenus adaptés aux nécessités des programmes, en insistant sur les procédés didactiques y répondant le mieux.

6Le deuxième impératif découlait de notre expérience professionnelle, où l'interdisciplinarité est un objectif constant ; il s'agissait donc de montrer tous les avantages pouvant résulter de la stratégie du projet, de façon à prouver la richesse de l'histoire - géographie - éducation civique et les multiples rebondissements disciplinaires que peuvent susciter ces matières. En un mot, il s'agissait de proposer une alternative au compartimentage des savoirs enseignés. L'esprit général de cette démarche s'est trouvé conforté par les contenus et la formulation des nouvelles Instructions Officielles 2002 pour l'école élémentaire.

7Ainsi, renforcer et approfondir les contenus nous est apparu comme la condition préalable pour mesurer pleinement les opportunités offertes par les disciplines concernées. Tout naturellement, c'est un champ large de ressources qui était ouvert, pour une relation pédagogique active fondée sur le principe de la construction des savoirs par les élèves, à même de susciter davantage de motivation individuelle et collective.

8Le projet et sa démarche se sont développés en direction de plusieurs publics en situation de formation. L'essentiel de l'action s'est adressé aux stagiaires PE2 du site de Mende, mais également à des instituteurs en formation dans le cadre des Plans Départementaux de Formation de la Lozère et de l'Hérault, pour des stages respectivement intitulés « Éducation à l'environnement et au patrimoine » et « Enseigner la région ». Enfin, deux groupes de stagiaires PE2 du site de Montpellier ont été plus ponctuellement concernés.

9L'idée centrale au cœur de l'ensemble de ces actions était de souligner les potentialités et les richesses des démarches susceptibles d'être engagées à partir des ressources patrimoniales et environnementales locales. L'argument fort était de mettre en exergue la référence puissante que ces ressources constituent pour les élèves, autour d'un vécu particulièrement mobilisateur pour la plupart des apprentissages, et qu'il y avait là le moyen de donner du sens aux lieux où l'on vit. Les axes de réflexion sur les compétences, au centre de la démarche mise en œuvre dans les actions de formation qui ont fondé l'expérimentation, ont été les suivants : inventorier les ressources communales, départementales ou régionales, évaluer leurs potentialités pour répondre aux objectifs des programmes, mobiliser la bibliographie nécessaire, mettre en œuvre les techniques propres à l'exploitation de chaque type de ressources et savoir mobiliser les contenus scientifiques appropriés. Au-delà, et pour atteindre avec le plus d'efficacité la maîtrise des outils qui précèdent, il s'agissait de découvrir un fort potentiel d'animation trop souvent méconnu ou laissé « en jachère », celui qui est mis à la disposition des écoles par les institutions : les conseillers pédagogiques, les personnes ressources offerte par les collectivités locales, les organismes d'État, ou les associations de bénévoles (OTSI, Parc National des Cévennes, DRAC, Agence de l'Environnement, services éducatifs des musées ou des Archives Départementales, Centre Européen d'art et de civilisation médiévale, sociétés locales d'amateurs du patrimoine et de l'environnement...). C'est sur ce dernier point que les formateurs eux-mêmes doivent être sensibilisés face à un potentiel de toute évidence sous-utilisé et paradoxalement tout particulièrement pour les ressources de ce type offertes au sein de l'Éducation Nationale. L'action des formateurs doit également insister sur la nécessité pour le maître de rester seul responsable de la méthodologie, de l'insertion des actions menées dans la conduite de son enseignement et de son acte éducatif.

10L'action de sensibilisation des formateurs peut être décisive tout particulièrement dans une région soucieuse de promouvoir son environnement et son patrimoine par une politique touristique de qualité. C'est de là qu'est issu le choix de propositions de formation de formateurs que nous avons essayé de définir, qui s'adapte aux réalités de terrain, aux contraintes des apprentissages, et plus largement aux projets de développement auxquels l'école peut contribuer ; cela n'est ni plus ni moins qu'une façon de mettre plus en phase le travail des enseignants avec la vie sociale.

Bilan des innovations et propositions de formation des formateurs

11La démarche expérimentale qui a été suivie s'est prolongée particulièrement pour les actions les plus développées, car elle a sans conteste répondu à des attentes de terrain. Ces dernières sont d'autant plus à souligner qu'elles sont apparues comme étroitement liées à des nécessités pour les contenus programmatiques et leurs modalités d'application. Le cadre réglementaire proposé par les Instructions Officielles 2002 pour l'école élémentaire rappelle cela avec insistance, en invitant à utiliser de façon appuyée les potentialités patrimoniales et environnementales locales. De surcroît les savoirs notionnels ont pu, grâce aux expérimentations choisies, être développés de façon plus approfondie. C'est aussi le débat autour des pratiques nécessaires à la mise en œuvre du contenu pour les ressources locales qui a été suscité pour répondre le plus judicieusement à la diversité du public scolaire. Les ressources mises en évidence ainsi que leurs potentialités ont été abordées comme outils d'ouverture de l'école et de prise de conscience de son environnement social. L'assise initiale des objectifs du projet innovant a été ainsi pleinement rejoint : « C'est la responsabilité citoyenne et la solidarité sociale qui sont ici en question. ».

12Le bilan de cette démarche expérimentale et innovante a trouvé son prolongement dans l'action de formation initiale et continue pour les professeurs des écoles, selon les principes abordés. La variété des intervenants disciplinaires a été renforcée. L'une de ses applications trouve sa cohérence avec la mise en place de la dominante patrimoine dans le nouveau plan de formation de l'IUFM. Enfin, l'année 2003 verra la publication par le CDDP de la Lozère d'une production vidéo pour le site mégalithique des Bondons où tous les principes expérimentés, ici largement mis en œuvre, pourront être ainsi diffusés. C'est donc une réflexion qui se poursuit pour articuler une démarche de formation qui se pérennise, d'autant qu'elle trouve un solide écho dans les nouvelles directives officielles.

13Tout naturellement, cette procédure doit contribuer à une action de formation des formateurs. Cette dernière peut se fonder sur les principes de l'expérimentation ainsi que sur ses prolongements. Pour cela, plusieurs axes d'investigation peuvent être dégagés :

  • Le patrimoine, l'environnement, les ressources locales : quelle place dans les programmes ?

  • Quelles ressources pour quels projets ?

  • Comment articuler plusieurs disciplines autour d'un projet commun ?

  • Quelles techniques pour exploiter les différentes ressources ?

  • Quelles démarches pédagogiques ?

  • Comment connaître les partenaires institutionnels et mettre en œuvre une collaboration ?

14C'est un champ large qui peut être ouvert à la réflexion des formateurs, pour une action plus en prise avec le terrain, et susceptible d'assurer la promotion de disciplines trop souvent injustement délaissées dans les pratiques de classe.

(Ouvr. Coll.) : La civilisation du soleil. Bruxelles (Belgique), Éd. Casterman (collection : Globerama), 1969(1re éd. : 1966), pp. 114-115. Collection part. : R. Ripert.

(Ouvr. Coll.) : La civilisation du soleil. Bruxelles (Belgique), Éd. Casterman (collection : Globerama), 1969(1re éd. : 1966), pp. 114-115. Collection part. : R. Ripert.
Haut de page

Bibliographie

BORNE D. : Étudier le patrimoine à l'école, au collège, au lycée (préface). CNDP-CRDP Franche-Comté, 1999.

BOUTAN P. et ROQUES G.(sous la direction de) : Enseigner la région. Paris, L'Harmattan, 2001.

DELSOUC M. : 60 activités pour découvrir les milieux naturels et humains à l'école, cycle 3. CDDP Tarn et Garonne - CRDP Midi-Pyrénées, 2000.

FAUBLEE E. : En sortant de l'école... musées et patrimoine. Paris, CNDP - Hachette Education, 1993.

SICARD M. : Comprendre l'architecture. Projets pour l'école. Grenoble, CNDP - CRDP, 2001.

« Art et patrimoine », in IREHG, N° 6. CRDP d'Auvergne, 1998.

« Enfance de l'art : le patrimoine nous emballe », in Supplément au TDC, N" 821. CNDP, 2001.

Exemple de bibliographie régionale

Ce type de projet est à même de provoquer la mise en chantier de publications départementales ou régionales, en coordonnant l'action des intervenants IUFM, mais également de chercheurs. Cela peut tout naturellement renforcer le caractère universitaire de l'IUFM.
A titre d'exemple, nous citons des productions réalisées sur l'académie de Midi-Pyrénées, qui s'inscrivent assez bien dans l'optique développée dans ce texte.

COLLECTIF : L'Aveyron, une histoire. CRDP Midi-Pyrénées, 2000.

MOIZET H. et MARC A. (sous la direction de) : Des repères pour le patrimoine saint-affricain, IA de l'Aveyron, Conseil Général de l'Aveyron, Ville de Saint Affrique, CDDP de l'Aveyron, CRDP Midi-Pyrénées, Collection « images de nos régions » pédagogie du patrimoine, 2000. (Cet ouvrage, constitué sur la base du principe fiche du maître - fiche de l'élève, peut très bien être envisagé pour nos départements).

Haut de page

Notes

1  Ce projet innovant a été conduit par Rémi Azémar, professeur IUFM Montpellier, André Clément, conseiller pédagogique d’Occitan 48, Jacqueline Laganne, maitre formateur IUFM de Mende. Le public était composé de PE2 pour Mende et Montpellier, et d’instituteurs en formation continue pour la Lozère et l’Hérault.

2  Pour plus de détails sur ce projet innovant, voir : IUFM de Montpellier. Projets innovants réalisés en 2000-2001. pp. 7-21.

Haut de page

Table des illustrations

Titre (Ouvr. Coll.) : La civilisation du soleil. Bruxelles (Belgique), Éd. Casterman (collection : Globerama), 1969(1re éd. : 1966), pp. 114-115. Collection part. : R. Ripert.
URL http://trema.revues.org/docannexe/image/1429/img-1.png
Fichier image/png, 2,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Azémar, « Pour une pédagogie du patrimoine et de l'environnement. Les ressources locales », Tréma, 20-21 | 2003, 125-129.

Référence électronique

Rémi Azémar, « Pour une pédagogie du patrimoine et de l'environnement. Les ressources locales », Tréma [En ligne], 20-21 | 2003, mis en ligne le 01 avril 2003, consulté le 23 mars 2017. URL : http://trema.revues.org/1429 ; DOI : 10.4000/trema.1429

Haut de page

Auteur

Rémi Azémar

Professeur, IUFM Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Trema

Haut de page
  • Logo Centre d’Etudes, de Documentation et de Recherches en Histoire de l’Education
  • Logo Faculté d’Éducation de l’Université Montpellier 2
  • Revues.org