Navigation – Plan du site
Histoire - géographie

Formation des PE2 à l'élaboration et la conduite d'un projet patrimoine et citoyenneté

Francine Cabane et Danièle Jean
p. 131-139

Résumés

Comment former de jeunes collègues PE2 à la pratique d'une pédagogie de projet centré sur la citoyenneté et le patrimoine ? Telle est la problématique de formation développée ici.
Ce projet, mené sur le site IUFM de Nîmes en 2001-2002, a associé 8 stagiaires PE2 qui ont travaillé en équipe avec des professeurs de l'IUFM, un IMF et des intervenants extérieurs ; le projet pédagogique a été mené sous la forme d'interventions « filées» dans une classe de CM1 de l'école Paul Marcellin de la ZUP de Nîmes. Pour aider les élèves à construire leur identité à partir de la question « Qu'est-ce qu'être Nîmois?», les stagiaires les ont amenés à découvrir leur ville en partant sur les traces d'un Nîmois célèbre, Alphonse Daudet.

Haut de page

Texte intégral

1Comment former de jeunes collègues PE2 à la pratique d'une pédagogie de projet centré sur la citoyenneté et le patrimoine ? Telle est la problématique de formation développée ici.

2Ce projet, mené sur le site IUFM de Nîmes en 2001-2002, a associé 8 stagiaires PE2 qui ont travaillé en équipe avec des professeurs de l'IUFM, un IMF et des intervenants extérieurs.

1. Présentation du projet

1.1. Problématique de formation

3Cette action a été mise en place à la suite de l'émergence de besoins en formation exprimés par des stagiaires PE2 lors de séances de didactique d'histoire - géographie - éducation civique. Les besoins de formation s'articulaient autour de quelques difficultés majeures rencontrées par ces jeunes enseignants dans leurs premières pratiques professionnelles :

  • difficulté à appréhender un public scolaire de ZEP réputé difficile ;

  • difficulté à concevoir et mettre en place une pédagogie de projet à caractère pluridisciplinaire ;

  • difficulté à intégrer et utiliser les ressources du patrimoine local pour travailler en éducation civique.

4La prise en compte de ces demandes a orienté le travail de formation vers la proposition faite aux stagiaires de mener, pendant leur année de PE2, un projet pédagogique dans une classe de ZEP en répondant à la problématique suivante :
Comment former de jeunes collègues PE2 à la pratique, en classe de ZEP, d'une pédagogie de projet centrée sur la citoyenneté et le patrimoine ?

1.2. Le choix du partenaire

5Pour répondre à cette problématique de formation, le choix du partenaire s'est porté sur une école du quartier de la ZUP Nord de Nîmes, l'école Paul Marcellin, dans laquelle une IMF, Mme Corine Andrès, a accepté de participer au projet de formation. La classe retenue, un CM1 de 23 élèves, présentait un niveau, selon l'IMF, assez faible ; plusieurs élèves avaient une année de retard, deux élèves avaient fait l'objet d'une orientation en CLIS et un élève était en contrat d'intégration.

1.3. La mise en place du projet pédagogique

6Les élèves de cette classe manifestaient, pour la plupart d'ente eux, une faible conscience identitaire. Ils ne se sentent ni français, ni nîmois alors que la plupart sont nés dans cette ville et disent « On va à Nîmes », lorsqu'ils vont au centre ville.
Le projet avait donc pour objectif premier de mettre les enfants en situation de s'approprier leur ville et d'engager une réflexion citoyenne autour de ce thème.

7Afin de répondre à la question Qu'est ce qu'être Nîmois ?, les stagiaires, aidés des professeurs de l'IUFM, ont envisagé de proposer aux élèves des activités et des parcours découverte de la ville en partant sur les traces d'un Nîmois célèbre, Alphonse Daudet, né à Nîmes en 1840.

8Des objectifs secondaires ont alors été définis :

  • découvrir les textes d'un écrivain célèbre du XIXe siècle : Alphonse Daudet et organiser un travail d'appropriation à travers la lecture ;

  • construire une biographie d'Alphonse Daudet ;

  • découvrir les lieux qui, dans la ville, nous parlent encore d'Alphonse Daudet ;

  • à travers des parcours découverte sur les traces de Daudet, visiter et étudier des lieux de citoyenneté : musée, Archives, Halles, Hôtel de Ville, parcs et jardins... ;

  • permettre un travail d'appropriation de l'espace urbain à l'aide de plans ;

  • mener des activités pluridisciplinaires en classe autour de Daudet (en français, histoire - géographie, éducation civique) ;

  • renforcer les apprentissages fondamentaux : expression écrite et orale, éducation au regard, développement des perceptions sensorielles, capacité d'analyse, esprit critique...

9Le travail sur l'identité locale ne correspond en aucun cas à une volonté de repli identitaire frileux dont les dérives chauvinistes seraient évidentes mais permet au contraire une meilleure connaissance de soi qui autorise ensuite l'ouverture vers les autres, l'apprentissage de la tolérance et la compréhension des différences culturelles. Cependant, la réflexion sur l'identité peut et doit se faire à plusieurs échelles afin de permettre à l'enfant de construire, par des espaces emboîtés, sa représentation du monde.

1.4. Le choix des intervenants

10Les différentes visites et parcours prévus ont amené les stagiaires à travailler avec :

  • le personnel de la maison de retraite « Les Soleïades », située dans la ZUP Nord près de l'école Paul Marcellin ;

  • le service éducatif des Archives Départementales du Gard ;

  • les commerçants des Halles de Nîmes ;

  • les personnels du service de l'État Civil de la Mairie de Nîmes ;

  • Monsieur Daniel-Jean Valade, adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie de la ville de Nîmes.

1.5. Le calendrier

11Calendrier des actions
Projet innovant de formation : Patrimoine et citoyenneté
Projet pédagogique : Sur les traces d'Alphonse Daudet
(classe de CM1 - École Paul Marcellin - Nîmes)

1.6. Les productions

12Au cours des différentes séances, les élèves ont été amenés à élaborer de nombreuses productions orales et écrites :

  • lectures à voix haute données à la maison de retraite « Les Soleïades » à Nîmes (textes de Daudet tirés des Lettres de mon Moulin) ;

  • biographie de Daudet réalisée en classe à partir d'un jeu - questionnaire ;

  • construction de l'arbre généalogique de Daudet lors d'un travail aux Archives ;

  • questionnaires lors du parcours Daudet dans la ville de Nîmes ;

  • réalisation de deux enquêtes orales (type micro-trottoir) auprès des passants devant la maison natale de Daudet et le lycée Daudet ;

  • questionnaire lors du parcours dans les Halles de Nîmes (voir annexe) ;

  • enquête auprès des commerçants des Halles ;

  • composition de poésies sur le thème de « Nîmes, ma ville » ;

  • lecture à voix haute de ces poésies dans la salle des mariages de la Mairie.

1.7. Le bilan du travail des élèves

13Les élèves ont montré beaucoup d'enthousiasme, de persévérance et de sérieux tout au long de ces activités. Les relations tant avec les PE2 qu'avec les différents intervenants ont été excellentes et le comportement des enfants a été exemplaire tout au long du projet.

2. Une démarche de formation innovante

14L'essentiel de l'objectif de formation, à savoir mettre de jeunes professeurs des écoles pendant leur année de formation en situation de mener en équipe un projet pédagogique dans une classe de ZEP a été atteint.
Les dispositifs de formation n'ont pas pu être mis en place avent le mois de décembre en raison de la recomposition des groupes de PE2 (listes principales et listes complémentaires).
Vu les contraintes du calendrier, le choix de l'école partenaire puis le thème du projet pédagogique (patrimoine et citoyenneté) ont été définis par les deux professeurs d'histoire - géographie de l'IUFM de Nîmes et l'IMF de l'école Paul Marcellin.
Le projet a alors été proposé, sur la base du volontariat, à deux groupes de PE2 ; 8 stagiaires (4 de chaque groupe) se sont engagés sur cette action, tout en sachant que les heures nécessaires pour mener à bien un tel travail ne seraient pas rétribuées.

15La première réunion de travail a rassemblé les stagiaires, l'IMF et les professeurs de l'IUFM. Une définition des actions et un calendrier ont été construits ; la répartition des interventions de chacun a été planifiée en fonction du calendrier, des stages des PE2 et des disponibilités des uns et des autres.
Le projet s'est articulé autour de 8 séances menées par les stagiaires dont 3 ont été conduites en classe et 5 en ville.
Chaque préparation de séance a donné lieu à des rencontres de concertation auxquelles ont participé également les professeurs de l'IUFM et l'IMF concernés.
Une fois les objectifs principaux et secondaires de la séance définis, les stagiaires ont été libres de construire des parcours pédagogiques (élaboration de jeux, de questionnaires, d'activités diverses...).

16Toutes les séances (à l'exception d'un travail en classe sur l'apprentissage des textes de Daudet en vue du spectacle à la maison de retraite) ont été filmées par un professeur de 1TUFM puis par le responsable vidéo de l'IUFM de Nîmes.
Ces supports vidéo ont permis de mener l'analyse des séances avec les participants et de dégager à chaque fois les éléments positifs, les dysfonctionnements, les remédiations possibles. Des notes ont été prises par les stagiaires lors de ces séances.

3. Résultats : intérêt et limites

17Les résultats, en termes de formation, ont été différents selon le degré d'investissement des stagiaires et la qualité des analyses menées après les séances.

18Un bilan mené en fin d'année a permis de montrer beaucoup d'éléments très positifs mais aussi quelques limites...

3.1. Limites du projet pour les stagiaires

  • Certains stagiaires ont regretté de ne pas avoir été associés à la définition première du projet qu'ils n'avaient pas réellement choisi.

  • D'autres ont manifesté l'impression d'avoir fait un travail un peu trop compartimenté sans avoir toujours la vue d'ensemble ; ils auraient souhaité pouvoir participer à toutes les activités, être en situation d'observateurs lorsqu'ils n'étaient pas animateurs, ce qui pour des raisons d'emplois du temps et de disponibilité des uns et des autres, n'a pas été possible.

  • Ils auraient souhaité avoir une évaluation individualisée de leurs réalisations et de leur engagement dans le projet...

3.2. Limites du projet pour les formateurs

19- Un des objectifs premiers était de montrer la réalité du travail dans les ZEP.
Les représentations des jeunes collègues quant aux difficultés prévisibles ont été quelque peu bouleversées car ils ont travaillé avec une classe extrêmement disciplinée, sage et attentive, en raison du travail exceptionnel et des dispositifs mis en place par l'IMF depuis la rentrée de septembre. Ils n'ont donc pas pu véritablement prendre la mesure des difficultés et du travail nécessaire en amont, même si cette expérience leur a montré qu'il était possible d'obtenir de tels résultats.

20- Le fait d'intervenir à plusieurs dans la même classe présentait des aspects très positifs (regards croisés) mais cela a occulté certaines difficultés. La gestion d'un groupe de 8 élèves n'est pas comparable à la conduite d'une activité en classe entière. Certaines erreurs pédagogiques n'ont pas été perçues car, vu l'importance de l'encadrement, elles n'ont pas eu de conséquences sur le comportement du groupe.

21- Les stagiaires n'ont pas été les initiateurs du projet et le travail d'appropriation a été sans doute insuffisant pour certains d'entre eux, ce qui explique le relâchement dans la motivation de deux des huit stagiaires à la fin de l'année.

22- Il est évident que, dans un travail de formation bien élaboré, la réflexion sur le choix du projet (en fonction des élèves, des programmes, des objectifs... etc) doit être menée par les stagiaires eux-mêmes.

23- La faible connaissance par les PE2 des ressources du patrimoine local et des intervenants potentiels ne leur permettait pas d'imaginer des parcours pédagogiques vraiment originaux car ils ont eux-mêmes découvert, au fur et à mesure du projet, la ville de Nîmes et son histoire qu'ils connaissaient très mal.

24- En raison des lourdes contraintes d'emploi du temps (tous les stagiaires ne pouvaient pas se libérer en même temps), il n'a jamais été possible de réunir tous les participants pour les analyses de séances, ce qui aurait été plus performant en termes de formation et aurait sans doute permis un meilleur fonctionnement de l'équipe.

3.3. Intérêt du projet pour les formateurs

25Les principaux objectifs de formation qui avaient été définis au départ ont cependant été atteints.

  • Les stagiaires se sont beaucoup investis dans la phase de réalisation concrète du projet. La découverte du patrimoine local a constitué pour la plupart d'entre eux une nouveauté et un enrichissement culturel évidents.

  • Ils ont montré de nombreuses initiatives intéressantes, renforçant le caractère ludique du projet et ont conçu plusieurs activités du travail de classe sous forme de jeux.

  • L'élaboration répétée de questionnaires et d'outils d'observation pour les élèves les a obligés à affiner les consignes, à réfléchir au questionnement et à trouver du sens aux activités proposées.

3.4. Intérêt du projet pour les stagiaires

26- De nombreux éléments de satisfaction sont apparus : contact extraordinaire avec les enfants, découverte du patrimoine de la ville de Nîmes, plaisir de travailler en équipe, appropriation de démarches pédagogiques dans des contextes différents de ceux de la classe, prise de conscience de l'importance de l'éducation à la citoyenneté, de l'intérêt de la pédagogie de projet, des différentes étapes et des difficultés liées à sa mise en œuvre.

27- L'analyse des séances vidéo leur a paru particulièrement riche et intéressante ; les commentaires de l'IMF, des professeurs de l'IUFM et des stagiaires ont permis à chaque fois de progresser tant dans la gestion du groupe que dans les pratiques.

28- Les jeunes collègues nous ont dit avoir beaucoup apprécié de pouvoir mener pendant leur année de formation des activités qui leur semblaient difficiles (parcours en ville, travail aux Archives, visite des Halles), tout en étant encadrés par des formateurs. Ceci les a aidés à franchir un pas qu'ils n'auraient pas osé tenter seuls avec leur classe.

29Les principaux objectifs que nous nous étions fixés, à savoir aider les PE2 à « appréhender un public scolaire de ZEP réputé difficile, concevoir et mettre en place en équipe une pédagogie de projet menée sur la durée (de décembre à juin), connaître et utiliser les ressources du patrimoine local, réfléchir aux notions d'identité et de citoyenneté » ont été dans l'ensemble atteints et cela constitue en soi une grande satisfaction.
Tous les participants ont vécu auprès de ces enfants de la ZUP une expérience humaine très riche et d'une grande qualité ; l'émerveillement et la joie des enfants à découvrir certains lieux de la ville fut pour tous une grande récompense.

4. Propositions pour la formation

30Cette expérience nous a semblé particulièrement riche pour la formation des PE2. Il reste néanmoins que beaucoup d'éléments n'ont pas fonctionné comme nous l'aurions souhaité, principalement parce que nous avons réalisé cette formation sans cadre institutionnel.
L'idée de généraliser de telles démarches n'est envisageable qu'avec des moyens horaires et un dispositif de formation organisé qui pourrait être celui des GAP.

31A l'intérieur d'un GAP PE2 de 24 stagiaires, on peut envisager d'organiser trois sous-groupes de 8 stagiaires qui travailleraient en partenariat avec la même classe pendant 6 mois (de janvier à juin) pour y monter sur des journées « filées » un projet pédagogique à caractère pluridisciplinaire.

32Il est possible d'envisager un calendrier d'actions qui serait le suivant :

33Cette expérience de formation a confirmé l'obligation pour l'IUFM de répondre à des besoins essentiels de formation afin de permettre une pratique renouvelée de la pédagogie. Le travail d'équipe, la pédagogie de projet, l'approche pluridisciplinaire, l'éducation à la citoyenneté... ne sont pas bien évidemment des nouveautés à proprement parler mais restent des pratiques trop isolées dans les classes de l'école élémentaire. Aider un jeune enseignant à s'engager sur ces chemins dès son année de formation ne peut que l'inciter à reproduire, approfondir, poursuivre, innover...

La Maison Carrée, et les arènes de Nîmes.
(Ouvr. Coll.) : La civilisation du soleil. Bruxelles (Belgique), Éd. Casterman (collection : Globe-rama), 1969, pp. 108-109. Collection part. : R. Ripert.

La Maison Carrée, et les arènes de Nîmes.(Ouvr. Coll.) : La civilisation du soleil. Bruxelles (Belgique), Éd. Casterman (collection : Globe-rama), 1969, pp. 108-109. Collection part. : R. Ripert.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://trema.revues.org/docannexe/image/1445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://trema.revues.org/docannexe/image/1445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre La Maison Carrée, et les arènes de Nîmes.(Ouvr. Coll.) : La civilisation du soleil. Bruxelles (Belgique), Éd. Casterman (collection : Globe-rama), 1969, pp. 108-109. Collection part. : R. Ripert.
URL http://trema.revues.org/docannexe/image/1445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francine Cabane et Danièle Jean, « Formation des PE2 à l'élaboration et la conduite d'un projet patrimoine et citoyenneté », Tréma, 20-21 | 2003, 131-139.

Référence électronique

Francine Cabane et Danièle Jean, « Formation des PE2 à l'élaboration et la conduite d'un projet patrimoine et citoyenneté », Tréma [En ligne], 20-21 | 2003, mis en ligne le 01 avril 2003, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://trema.revues.org/1445 ; DOI : 10.4000/trema.1445

Haut de page

Auteurs

Francine Cabane

IUFM Nîmes

Danièle Jean

IUFM Nîmes

Haut de page

Droits d’auteur

Trema

Haut de page
  • Logo Centre d’Etudes, de Documentation et de Recherches en Histoire de l’Education
  • Logo Faculté d’Éducation de l’Université Montpellier 2
  • Revues.org