Navigation – Plan du site
Préface et informations

Préface

Jérome Chapuisat
p. 1-1

Texte intégral

1Pour ouvrir, dans l'académie de Montpellier, la saison de manifestations célébrant le cinquantième anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'homme, l'équipe de recherche universitaire en sciences du langage de l'université Paul Valéry et l'IUFM ont organisé le colloque Savoir, Langages et citoyenneté dont cette publication présente les actes.

2Ce colloque forcément pluridisciplinaire a associé des linguistes, des historiens, des géographes, des philosophes, des sociologues, des psychologues, et permis à des chercheurs, des formateurs, des enseignants de premier et de second degré, mais aussi à des journalistes, des représentants d'associations, d'échanger deux jours durant.

3Cetteréflexion plurielle a d'abord permis d'aller au-delà de mots souvent galvaudés à force de servir en toutes occasions. On a vu, par exemple, nettement apparaître, derrière celui de citoyenneté, une visée avant tout morale, orientée vers l'apprentissage de la civilité, se distinguant d'une ambition politique, cherchant à créer dès l'école les conditions d'un apprentissage démocratique. Et, à partir de ces distinctions, on voit quels enjeux recèle le concept de savoir(s) citoyen(s). De la même manière, le langage a été envisagé dans sa complexité, et l'on s'est interrogé sur les minima langagiers indispensables à l'exercice de la citoyenneté comme l'on s'est posé la question du comment apprendre à parier à l'école dans une perspective citoyenne.

4Il n'est pas indifférent de noter qu'au moment même où l'on débattait à Montpellier sur ce sujet, la Cinquième s'apprêtait à diffuser les reportages télévisés réalisés sur les droits de l'homme au présent par une classe de seconde de l'académie : ces regards d'ados, comme le cyber-journal planétaire produit quelques jours plus tard lors de la journée académique consacrée aux droits de l'homme, ont témoigné d'une volonté très concrète de développer chez tous les élèves une maîtrise des langages ambitieuse, incluant les langages médiatiques.

5Le colloque de Montpellier a été un temps fort, nullement isolé dans la vie de l'académie. Ce temps de réflexion se prolonge à la fois dans les actions conduites au quotidien dans les classes, dans les travaux de groupes d'études et de réflexion de l'IUFM, comme dans ceux de l'équipe Dipralang-Didaxis de l'université Paul Valéry. A l'heure où la maîtrise des langages, l'éducation à la citoyenneté sont une exigence ardente et partagée de l'institution, des enseignants et des élèves, les actes de ce colloque présentent une utile contribution pluridisciplinaire et polyphonique au débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérome Chapuisat, « Préface », Tréma, 15-16 | 1999, 1-1.

Référence électronique

Jérome Chapuisat, « Préface », Tréma [En ligne], 15-16 | 1999, mis en ligne le 01 octobre 1999, consulté le 22 mars 2017. URL : http://trema.revues.org/1675

Haut de page

Auteur

Jérome Chapuisat

Recteur d’académie

Haut de page

Droits d’auteur

Trema

Haut de page
  • Logo Centre d’Etudes, de Documentation et de Recherches en Histoire de l’Education
  • Logo Faculté d’Éducation de l’Université Montpellier 2
  • Revues.org