Navigation – Plan du site

Entrepreneurs de morale et d’hygiène et propagandistes sportifs : les films fixes ayant trait au corps ou à l’activité physique, dans le fonds du Cedrhe au XXe siècle

Jacques Gleyse
p. 44 – 59

Résumés

Les films fixes du fonds du Cedrhe constituent un patrimoine historique peu étudié, notamment lorsqu’il s’agit de travailler sur la question du corps, des techniques du corps et des pratiques physiques. Le fonds sur ce sujet comprend 101 films fixes répertoriés (peut-être davantage). La thématique retenue permet de colliger des films fixes dans 4 catégories : morale (3), Hygiène (45), rééducation physique et jeux (8), Sports, sports et santé (45). Si l’on considère que chaque film fixe contient environ une 40aine de diapositives, cela représente environ 4000 diapositives à analyser et à traiter. Ce corpus est particulièrement intéressant à étudier car il donne, d’une part, une vision qui enrichit d’autres visions de l’histoire de l’éducation mais, d’autre part, il permet de faire émerger une histoire tout à fait singulière et particulière du système éducatif français.

Haut de page

Texte intégral

1Le Centre d’Étude, de documentation et de Recherche en Histoire de l’Éducation de la Faculté d’Éducation est sans doute l’un des premiers lieux de conservation patrimonial pour ce qui touche aux films fixes pédagogiques. Ce fonds est issu, en grande partie, de celui de la bibliothèque de l’École Normale de garçons et de filles de Montpellier, et de dons d’écoles de l’Hérault par l’intermédiaire du créateur du fonds : Pierre Guibbert.

2De très rares auteurs se sont intéressés à ce témoignage de l’activité pédagogique. Didier Nourrisson dans son ouvrage traitant de l’aller-retour entre le cinéma et l’école, y fait quelques rapides allusions au travers d’un article sur le sujet. Mais si les travaux sur les manuels scolaires au plan historique sont aujourd’hui légion et sont largement diffusés dans différentes langues, les travaux sur les films fixes restent la portion congrue. Coralie Goutanier et Julien Lepage ont publié un article intitulé : « Le film fixe : une source à découvrir. Un exemple de sauvegarde en Anjou », en 2008, et de rares documents s’intéressent à ce sujet, au tournant des années 2000 (UNESCO, mémoires de maîtrise, etc).

3Mais qu’est-ce qu’un film fixe ?
Le document se présente comme une pellicule d’appareil photo argentique mais en positif. Il en existe en couleurs et en noir et blanc voire en sépia. La plupart sont constitués d’une quarantaine de diapositives parfois un peu plus parfois un peu moins. Ils sont souvent sponsorisés, soit par Paris-Match lorsqu’ils concernent, par exemple l’actualité sportive, soit par Banania lorsqu’ils concernent des activités physiques non sportives soit, simplement, financés par le ministère de l’Éducation nationale et le Centre Pédagogique National. Certains, comme par exemple les documents concernant les muscles et les jeux, sont publiés par Larousse ou encore par le Comité Universitaire pour l’Étude et la Promotion des Techniques Pédagogiques. D’autres encore, notamment concernant la morale, par l’Office Scolaire d’Étude par le Film ou, le plus souvent, par l’Office de Documentation par le Film (ODF). Très rarement, ils peuvent, pour l’hygiène, être produits par le ministère de la Santé.

4Il semble que les premiers de ces documents aient vu le jour en 1923 : « date à laquelle Pathé cinéma lance le Pathéorama, petite visionneuse individuelle qui peut être adaptée à un projecteur Cocorico. Un film Safety 35 mm permet de projeter une quarantaine de vues fixes. Un bouton moleté entraîne les images au coup par coup. Dans ces mêmes années 1920, les établissements Mollier développent le Projectos et les Éditions de la Photoscopie : le Photoscope de projection. Le format utilisé est le 35 mm. Les fabricants insistent sur l’ergonomie du système, sa facilité d’emploi et le faible encombrement pelliculaire. Faute de subventions, ces appareils n’ont pas pénétré les milieux scolaires avant les années 1940 (Goutanier & Lepage, 2008). Si la date de 1940 pourrait être discutée concernant l’utilisation, dans le fonds concerné par cette étude, les plus anciens documents datent probablement de 1932.

5Ces films fixes pouvaient être utilisés pour des élèves de lycées ou de collèges, voire de Cours Complémentaires ou d’Écoles Primaires Supérieures, au même titre que des films mobiles ou, plus probablement et le plus souvent, pour des élèves d’École Normale c’est-à-dire, alors, des élèves d’un niveau scolaire équivalent au lycée mais dans le système primaire supérieur. Il est probable qu’ils aient été également projetés dans des centres de vacances et autres organisations périscolaires. En général, ils étaient utilisés comme l’on utilise des diapositives dans les années 60-80, mais l’appareil pour les projeter était plus simple d’utilisation et surtout mécaniquement moins sophistiqué. Ils étaient généralement accompagnés d’une notice explicative, sorte de livre du maître, imprimé. Certaines, une vingtaine pour les 101 films, sont encore présentes dans le fonds étudié.

6On retrouve quelques traces de leur utilisation dans des cahiers du jour, des cahiers du maître ou d’autres documents d’archives. Cela signifie que ces films fixes ne sont probablement pas restés dans leurs boîtes au fond d’une bibliothèque ou d’un bureau.

7Dans le domaine auquel nous nous sommes intéressé on trouve dans ce fonds 45 films fixes consacrés à des chroniques sportives, entre 1955 et 1960, des films fixes  portant sur la rééducation physique et les pratiques de plein air par exemple (8), des films fixes touchant au corps et à la morale (3) et des films fixes portants de près ou de loin sur l’hygiène corporelle (45 également). Chaque document comportant en moyenne une trentaine de diapositives, cela constitue, au total environ 3000 diapositives à observer et à analyser.

8Les dates de publication de ces films sont relativement incertaines. Parfois, les notices qui vont avec le film sont présentes et permettent de le dater précisément, parfois, tel n’est pas le cas. Il semble que les plus anciens films datent de l’entre-deux-guerres (au plus tôt, probablement, 1932 pour ce fonds). On peut aussi retrouver la datation de certains films au travers des événements sportifs décrits par les photos. C’est ainsi que l’on peut constater que les films d’information ou de propagande sportive sont les plus nombreux autour de 1955-60, ce qui tendrait d’ailleurs à confirmer que le processus d’entrée de l’idéologie sportive (self-made-man, performance, compétition et « dépassement de soi » comme valeurs, etc…) dans l’école déjà mis en évidence pour d’autres types de documents (Gleyse, 2010) se produirait réellement au cours de cette période. Les valeurs morales collectives et altruistes seraient remplacées alors par des valeurs plus individualistes et de l’ordre du dépassement de soi.

Valeurs, déficiences, jeux et performances

9Dans le fonds de films fixes étudié, quatre types de pratiques corporelles sont mises en exergue.

10En premier lieu on trouve des éléments moraux touchant à la toilette, au « souci du corps » (Rauch, 1983) ou au « souci de soi » (Foucault, 1984) en général pour le dire vite à la morale et à l’hygiène. Dans ce cas-là il s’agit d’éléments axiologiques ou de valeurs morales, telles que celles que l’on retrouve dans les manuels de morale au cours de la même période (voir à ce sujet : Gleyse, 2010). Ce sont en quelque sorte les préceptes issus de la doxa chrétienne (se voulant le plus souvent républicaine et laïque) qui s’expriment au travers de ces films fixes et des images qu’ils véhiculent. Ces films sont parmi les plus nombreux.

11En second lieu des images concernant les pédagogies que l’on pourrait qualifier d’actives au travers notamment de la pratique de jeux et d’activités de pleine nature nous montrent des enfants en situation de jeux traditionnels et nous en expliquent les règles et les conditions de pratiques ainsi que les bienfaits moraux, pédagogiques et physiologiques qui en découlent.

12Un troisième type de films fixes concerne spécifiquement les déformations vertébrales ou autres, les déviations du rachis de type scolioses, lordoses, etc… Dans ce cas, les films fixes visent à informer sur les attitudes corporelles dangereuses et à les prévenir. Se tenir droit en classe, éviter les positions relâchées, tendre vers la rectitude font partie des injonctions corporelles présentes dans ce matériel iconographique. On reviendra plus loin sur le fond de cette question déjà bien traité par Georges Vigarello (1978) et Jacques Gleyse (1997) mais pour d’autres types de matériaux historiques.

13Enfin, viennent les films que l’on peut qualifier soit d’information soit de propagande sportive. Dans ce cas il s’agit d’une chronique mensuelle, bimestrielle ou annuelle concernant la saison sportive. Généralement seuls sont fournis les résultats de match ou  de compétitions mais parfois, le document porte également sur les règlements et les modalités d’entraînement dans un sport particulier, notamment par une description des techniques qu’il convient d’utiliser. Certains sont associés à un autre type de contenu. Par exemple, le film sur la technique et la didactique du Basket Ball est associé à la fable de La Fontaine : « les membres et l’estomac » (ce qui est plus que surprenant), mais on découvre tout de suite que cette fable est le prétexte pour pouvoir intégrer la question d’une bonne nutrition et une publicité pour le sponsor du film : Banania. Ces films sont également assez nombreux dans le fonds étudié.

Le redressement des corps

14La plupart des documents qui s’intéressent à ce thème sont issus d’une collection intitulée : La médecine au service du sport et peuvent s’intituler par exemple : La Gymnastique corrective. Son importance dans l’Éducation physique.

15Les documents pointent toujours, dès le départ, les conditions originelles dans lesquelles se créent des attitudes défectueuses et qu’il conviendra de corriger (d’où le nom de gymnastique corrective). Ils pointent aussi le fait qu’il est difficile de les détecter sans une inspection rationnelle et sérieuse des corps où la médecine exploratoire et préventive a son mot à dire. En effet, il n’est pas toujours possible de percevoir, sans instrument précis et sans observation méthodiques, les déformations des enfants et adolescents.

16Mais, selon ces films fixes, des études plus fines et rationnelles peuvent mettre en évidence des déformations très conséquentes du rachis dorsal. Les vêtements sont décrits comme pouvant, dans cette logique, dissimuler des attitudes et des défauts pathologiques. Il faut donc mettre en œuvre une observation très méthodique des corps dénudés pour débusquer la modification squelettique.

17Ces déformations pathologiques sont alors décrites et considérées comme pouvant être liées à des attitudes « vicieuses » en classe, renvoyant ainsi à l’attention que le futur maître ou le maître doit porter à cette question. L’instituteur doit, pour les films fixes, avoir le souci de l’esprit de l’enfant mais aussi, dans cette logique, celui de son corps.

18Les images illustrant la question des « attitudes vicieuses » en classe sont à peu près les mêmes que celles que l’on trouve dans le contenu des manuels d’hygiène et de morale, contemporains des films fixes. D’innombrables images, dans ces documents ainsi que dans les manuels montrent des enfants trop inclinés d’un côté ou le dos trop enroulé ou d’autres encore assis de manière « incorrecte » sur leur banc d’écolier.

19Ces attitudes sont décrites comme pouvant être corrigées à la fois par le maître mais aussi par le médecin, une fois constatées. Les deux doivent d’ailleurs œuvrer de concert dans cette perspective. Il convient ici de rappeler que des Centres de Rééducation physique (1943) existent au cours de cette période, qui deviendront plus tard Centre d’Éducation Physique Spécialisée (1969), souvent intégrés dans des Centres Médico-sociaux où un médecin œuvre avec un enseignant d’EPS à mettre en œuvre les dites méthodes de gymnastique corrective. Plusieurs films fixes ont d’ailleurs été réalisés au Centre d’Éducation Physique Spécialisé de Paris (40 Boulevard Jourdan), bien connu des historiens de l’Éducation Physique. L’un des films est attribué à Cassagne et Balland. Balland est l’un des pères fondateurs de la gymnastique corrective en France (Balland & Crozelier La Gymnastique corrective, 1945).

20Mais, bien sûr, la prévention est toujours considérée comme première aussi bien au sein de la classe que pour tout ce qui touche au périscolaire voire au milieu  familial et à la nutrition.

21Ce souci de redressement des corps est très présent dans les films fixes tout comme dans les manuels d’hygiène de la même période. Il est bien sûr lié aux déficiences nutritives, elles-mêmes associées aux privations de la deuxième guerre mondiale ou, pour les classes défavorisées, à des conditions de nutritions déficientes au plan vitaminique mais, comme on le voit, on suppose aussi que la posture en classe est importante pour la prévention. Un film, consacré à la gymnastique corrective et promouvant méthode néosuédoise et méthode Hébert, dans la grande tradition eugéniste (qui s’initie dans les travaux de Galton et se développe dans ceux d’Alexis Carrel, parmi d’autres) du XXe siècle en éducation physique, attribue également les déficiences squelettiques à l’alcoolisme parental.

22La question des déformations squelettiques et notamment de la bosse a bien été étudiée par Georges Vigarello (1978) qui démontre comment cette déformation est une aporie épistémologique, comment elle renvoie les corps humain à la monstruosité et surtout à l’animalité (la courbure du dos renvoie à la marche à quatre pattes). Le redressement est donc une nécessité, a fortiori, pour une école rationaliste et positiviste.

23C’est sur ces différents constats que les jeux de plein air (susceptibles d’apporter de la vitamine D, par exposition au soleil) sont également très valorisés et font partie d’un plan hygiénique d’ensemble attaché à la pratique de l’EPS. Le film fixe Eau-Air-Soleil (cote 50298), dont la notice associée a été conservée, traite également, spécifiquement, de cette question. Il explique que : « la cure solaire doit être considérée comme un « médicament ». Autant les bains de soleil sont bienfaisants lorsqu’ils sont pris avec prudence, autant ils peuvent être dangereux si on en abuse ». On voit là, comme pour la rééducation, de quelle manière la médecine est présente en arrière plan de l’hygiène scolaire, comment s’exerce un biopouvoir tant par la rééducation que par la gestion médicale de l’héliothérapie. Seul le médecin est habilité à prescrire la bonne posologie aussi bien dans le redressement des rachis que dans l’héliothérapie ou l’hydrothérapie.

Jouer pour être en bonne santé

24Depuis Ernest Loisel (1935) et quelques autres, depuis l’émergence des méthodes actives d’éducation et de la psychanalyse des enfants, la phrase revient comme un leitmotiv dans de multiples ouvrages et textes et on la retrouve dans les films fixes pédagogiques : « le jeu est l’activité naturelle et spontanée de l’enfant ».

25Ce précepte, véritable antienne de l’école de la troisième et de la quatrième République conduit à récuser d’autres pratiques corporelles qui ne correspondent pas à la « nature de l’enfant ». La gymnastique suédoise, ou néosuédoise, si présente au début du XXe siècle, ne trouve pas grâce aux yeux des réalisateurs de films fixes, dans l’environnement pédagogique de l’École Nouvelle et d’une logique innovante. En conséquence, ces méthodes décrites comme austères doivent être éliminées des pratiques pédagogiques. C’est du moins la recommandation des films fixes réalisés par le Centre Pédagogique National.

26On leur préfèrera toutes les formes de jeux et notamment les jeux de ballons

27Ces jeux ont en effet, selon les réalisateurs et concepteurs de films fixes, non seulement une valeur physiologique et sanitaire mais aussi une grande valeur morale. Mais d’autres jeux peuvent témoigner de valeurs en général associées à la pratique sportive. Par exemple, on apprend, à travers eux, le respect des règles décrites comme utiles pour vivre en société, ainsi en va-t-il de la loyauté et du fair play.

28Au travers de la question du jeu on voit pourtant prendre place des valeurs sportives : le fair play, entre autres, qui progressivement va triompher des valeurs ludiques et des valeurs traditionnelles des gymnastiques telles le mens sana in corpore sano (un esprit sain dans un corps sain), valeur qui parcourt tout le XIXe siècle (pour les manuels scolaires et les pratiques gymnastiques) et la première moitié du XXe siècle. Le jeu vers les années 1955-60 sera progressivement remplacé dans les films fixes par des études technico-tactiques des pratiques sportives mais aussi par des chroniques sportives, au sens d’une simple information sur les championnats et autres matches et compétitions officielles. Le mens fervida in corpore lacertoso (un esprit ardent dans un corps entraîné) coubertinien et sportif se substitue à la devise précédemment utilisée des Satires de Juvenal.

L’hygiène du corps

2945 films fixes sont consacrés à l’hygiène corporelle dans le fonds étudié. Ils touchent à des sujets aussi variés que « l’hygiène du squelette, l’hygiène du système nerveux, la peau et son hygiène, l’hygiène dentaire, les premiers soins (« en attendant le médecin »), l’appareil digestif, son hygiène, la respiration, son hygiène, Que boire ?, Hygiène corporelle et vestimentaire, le savon, la vision, la marche, la peau, vivre sainement, se nourrir sainement, les bons microbes, l’alcoolisme, le lait source de santé, le pain et la nutrition, la toilette de bébé, la propreté, hygiène de l’habitation, l’ambiance des lieux de travail, le secourisme »…

30On voit, dans ces films fixes, reproduites de nombreuses illustrations et de nombreux thèmes qui parcouraient les manuels scolaires d’hygiène, au cours de la même période.

31Il est intéressant de constater que la question de la propreté corporelle y est souvent centrale (corps, dents, peau). Il a été indiqué, ailleurs (Gleyse, 2010), comment cette question peut être considérée à la fois comme morale et hygiénique. En effet, sa présence dans les manuels de morale est attachée, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, avant que les devoirs envers Dieu ne disparaissent des manuels de morale, à la question de la pureté de l’âme. Un corps propre est le symbole ou l’analogon de l’âme pure. En ce sens, cette question relève tout autant de la morale que de l’hygiène. Elle est particulièrement présente dans ces films fixes. Etre propre ce n’est pas seulement se laver, c’est aussi se purifier et se rendre socialement conforme.

32En même temps on ne peut pas négliger le fait que la société sur le plan de l’hygiène, au cours des années qui suivent la deuxième guerre mondiale, est en pleine mutation. Les douches commencent à se développer dans les nouveaux appartements (HLM), dans les vestiaires des stades. Les bains publics municipaux sont de plus en plus nombreux. On comprend, de ce fait, qu’une certaine propagande hygiéniste puisse être présente dans ces films. En même temps, il a été démontré (Gleyse, 2010) que jusque dans les années soixante, le nombre de douches privées reste relativement restreint notamment dans les campagnes et dans une France essentiellement rurale.

33Quant à la promotion du lait, elle est également associée à la question des déformations squelettiques. Les privations en calcium dans la petite enfance sont considérées comme étant la cause des scolioses, lordoses et autre cyphoses tout autant que la privation d’eau, de soleil et d’air ou tout autant que les attitudes défectueuses et l’alcoolisme parental.

Information et propagande sportive

34Les 45 films de chroniques sportives présents dans le fonds sont produits, pour la plupart, entre 1954 et 1966. Ce sont soit des actualités de Paris-Match, soit, lorsqu’ils sont plus didactiques en quelque sorte, des conseils de nutrition ou d’hygiène sponsorisés par Banania. Tel est les cas du film que nous avons évoqué plus haut et qui associe une fable de La Fontaine (dont la morale est « il faut manger pour vivre et non vivre pour manger ») avec une analyse technico-tactique et didactique du basket-ball.

35Toutes les activités sportives ne sont pas également représentées dans ces films.

36Ainsi le cyclisme y est dominant tout comme le football, l’athlétisme, la boxe et le rugby dit « à quinze ». À l’inverse des sports comme le tennis, le patinage artistique ou la natation ne sont que très peu évoqués.

37Les sports féminins sont globalement absents de ces présentations. Les femmes, selon la phrase du Baron Frédi de Coubertin, en 1920, ne sont souvent là, même au cours des années cinquante, que pour « remettre les lauriers aux vainqueurs ». On en a le témoignage, dans la diapositive ci-dessous, avec cette image d’une jeune femme (actrice ? chanteuse ?) au milieu des coureurs, lors des 6 jours de Paris, en 1958 :

38En tout état de cause, les évènements décrits sont pratiquement toujours des évènements internationaux, tels les Jeux Olympiques ou les matches internationaux de foot, de rugby, etc… L’événement est très sommairement décrit en quelques lignes sous une photo, soit après l’arrivée lorsqu’il s’agit de courses soit en cours d’action lorsqu’il s’agit de football ou de rugby.

39Certains films ont des vocations davantage didactiques ou historiques. Tel est le cas d’un film sur les Jeux Olympiques de Tokyo en 1964, intitulé d’ailleurs d’Olympie à Tokyo, qui reprend dans une filiation discutable et incertaine l’histoire des Jeux Olympiques et qui, contre la thèse soutenue par de nombreux historiens contemporains, montre comment les Jeux Olympiques modernes s’inscrivent dans la tradition antique. Il intègre, de manière plus surprenante, également dans cet historique l’anniversaire de la naissance de Louis Lumière (1864), même s’il parle des Frères Lumières.

40Un autre film sur Tokyo évoque lui, dans une liaison difficilement compréhensible, successivement les élections aux USA et l’anniversaire de Toulouse-Lautrec (1864).

41D’autres films expliquent très clairement les techniques de lancers ou de sauts athlétiques. Dans ce dernier domaine un document est particulièrement surprenant, il s’agit d’un film fixe dont il est difficile de retrouver la date, mais probablement de la fin des années cinquante ou du tout début des années soixante intitulé : « Étude technique du saut en hauteur » qui a la particularité de présenter non seulement un saut en ciseau et en rouleau ventral mais aussi un saut en extension dorsale, bien proche de ce qui sera quelques années plus tard le « Fosbury flop ». La différence réside dans le fait que ce saut semble être réalisé dans une fosse à sable et non en mousse de polyuréthane.

42Bref, on voit comment l’école contribue au travers de ces films fixes à une éducation sportive qui peut-être aussi perçue, à certains égards, comme une propagande sportive, dans une école qui a longtemps résisté aux valeurs élitistes et individualistes du sport et lui a préféré au moins jusqu’aux année soixante pour l’enseignement secondaire l’éducation physique méthodique (voir les instructions concernant l’EPS de 1959 et l’ouvrage de Pierre Seurin et de ses collaborateurs : Vers une éducation physique méthodique, 1949, vendu à plus de 12000 exemplaires jusqu’aux années 60).

La place des filles et des femmes

43Il faut constater qu’à part dans les films consacrés aux jeux – mais, même dans ce cas, les diapositives sont peu nombreuses – à l’hygiène de maison (notamment le ménage, bien sûr) et à l’hygiène du bébé, les filles et les femmes sont quasiment absentes des films fixes. Exceptionnellement on pourra les voir nager ou pratiquer des activités physiques.

44Pour ce qui est des films d’informations sportives au cours de la période étudiée elles n’ont que la portion congrue. Comme pour les manuels d’hygiène et de morale au XXe siècle, les femmes sont pratiquement absentes de ces documents scolaires alors qu’elles sont de plus en plus présentes à l’école et dans le domaine sportif au cours de la période. Elles sont, la plupart du temps, présentées dans des situations très stéréotypées, à l’exception des films sur les jeux où elles peuvent être davantage présentes. Les thèmes où elles sont les plus présentes sont les questions de l’hygiène ménagère, de la propreté, et du nettoyage des enfants ou de la maison.

45Un film consacré à la rééducation physique : La Gymnastique corrective, est l’un des très rares documents étudié à faire une large place aux jeunes filles et aux femmes. Mais on comprend que, dans le cas d’espèce, c’est pour les présenter comme déficientes et non, bien sûr, comme performantes ou comme actives physiquement. Les jeunes filles présentes dans ce film sont supposées être touchées par des déformations vertébrales. On les y voit manipulées par des médecins ou des professeurs d’EPS, dans ces postures statiques ou esthétiques et dans des étirements forcés. Jamais elles ne sont présentées dans des postures de confrontation ou de compétition que ce soit dans ce film ou dans les autres films traitant de la pratique physique. Cette tendance à l’esthétisation et à la présentation comme déficientes des femmes a déjà été mise en évidence pour les manuels scolaires d’Éducation Physique ou d’hygiène. Il n’est donc pas très surprenant de la retrouver ici, dans la mesure où, finalement, le film fixe peut être considéré comme une sorte de manuel en image ou de synthèse de manuel scolaire et pensé comme une méthode nouvelle d’éducation. Pour autant, si le support est nouveau les stéréotypes de genre qui y sont proposés sont eux très traditionnels, on pourrait même dire conservateurs. Les femmes sont toujours absentes, péjorées ou dominées.

Conclusion

46Le film fixe est, en définitive, une sorte de manuel succinct, synthétique mais qui contient à peu près les mêmes contenus que les manuels d’hygiène et de morale au XXe siècle et au cours de la même période. Accompagné par sa notice (parfois véritable cahier du maître) il devient un instrument pédagogique au service des éducateurs de tous les niveaux, scolaires ou périscolaires, voire sans doute universitaires (le niveau de destination du film n’est que très rarement évoqué).

47Il propose à la fois une information pour les enseignants et les éducateurs mais aussi une méthode innovante d’enseignement pour les élèves.

48Pour ce qui est des films fixes qui touchent à la question du corps et de l’éducation du corps on peut dire qu’ils se divisent en 4 grands types : le film de rééducation physique, le film de jeux scolaires et de pleine nature, le film d’hygiène corporelle et le film d’information ou de propagande sportive. Les derniers cités sont également parmi les derniers publiés.

49Ils semblent fonctionner sur la même périodicité que les manuels scolaires d’Éducation Physique, d’hygiène et de morale (touchant au corps). Par contre, dans la mesure où ils se veulent davantage innovants que les manuels scolaires, ils présentent le plus souvent une vision très pédocentrée de l’éducation et de l’enseignement.

50On voit en tout état de cause que ces documents permettent à la fois de renforcer les études antérieures concernant l’histoire de l’éducation mais aussi de les renouveler en en divulguant des pans ignorés tout autant que des techniques et, parfois, des conceptions innovantes.

Haut de page

Bibliographie

Caumeil, J.-G. (2006). Le rapport entre l’image et les pédagogies motrices au travers de l’étude des films fixes. Colloque International en Éducation du CIIVIC Les idées et les faits font-ils des histoires en éducation ? Université de Rouen 18, 19, 20 mai 2006.

Gleyse, J. (2010). Le Verbe et la chair. Un siècle de bréviaires de la république. Une archéologie du corps dans les manuels de morale et d’hygiène (1880-1974). Paris : L’Harmattan.

Gleyse, J. (1997). L’Instrumentalisation du corps. Une archéologie de la rationalisation instrumnentale du corps de l’Age classique à l’époque hypermoderne. Paris : L’Harmattan.

Goutanier, C. & Lepage, J.  (2008). Le film fixe : une source à découvrir. Un exemple de sauvegarde en Anjou, Histoire@Politique. Politique, Culture, Société, 4, Janvier-Avril.

Lefranc, R. (1960). L’utilisation des films fixes, Guides pratiques pour l’éducation extrascolaire, dans Les films fixes, 1. Paris : UNESCO.

Mignot, L. (2002). De la réalisation à l’utilisation pédagogique du film fixe des années 20 aux années 60, mémoire de maîtrise sous la direction de Marcel Grandière, université d’Angers, 235 p.

Nourrisson, D. (2001). Le 7e art...d’enseigner : le film fixe. In D. Nourrisson et P. Jeunet (dir.), Cinéma-École : aller-retour. Saint-Étienne : Presses universitaires de Saint-Étienne, pp. 151-164.

Roche, V. (2005). La représentation de l’Afrique coloniale française et de ses habitants à travers les films fixes, des années 20 aux années 60, mémoire de maîtrise sous la direction d’Yves Denéchère, Angers, 2005, 141 p.

Vigarello, G. (1978). Le Corps redressé. Paris : Delarge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Gleyse, « Entrepreneurs de morale et d’hygiène et propagandistes sportifs : les films fixes ayant trait au corps ou à l’activité physique, dans le fonds du Cedrhe au XXe siècle », Tréma, 41 | 2014, 44 – 59.

Référence électronique

Jacques Gleyse, « Entrepreneurs de morale et d’hygiène et propagandistes sportifs : les films fixes ayant trait au corps ou à l’activité physique, dans le fonds du Cedrhe au XXe siècle », Tréma [En ligne], 41 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://trema.revues.org/3137 ; DOI : 10.4000/trema.3137

Haut de page

Droits d’auteur

Trema

Haut de page
  • Logo Centre d’Etudes, de Documentation et de Recherches en Histoire de l’Education
  • Logo Faculté d’Éducation de l’Université Montpellier 2
  • Revues.org