Navigation – Plan du site

L’enseignement de la Guerre de libération nationale (1954 - 1962), dans les anciens et nouveaux manuels algériens d’histoire. Un enjeu pour l’affirmation d’une culture de la citoyenneté 1

Hassan Remaoun
p. 5 - 19

Résumés

La Guerre de libération nationale (1954-1962) constitue en Algérie un événement fondateur de l’État national qui émerge à l’indépendance du pays, et occupe donc une place particulière dans l’élaboration d’une histoire nationale et de son enseignement. Nous essaierons de présenter les caractéristiques de cet enseignement à travers une lecture des anciens et nouveaux manuels d’histoire en ciblant les représentations en compétition au sein de l’État et de la société sur les rapports au passé précolonial et colonial ainsi qu’aux enjeux du présent. Ce sera le cas notamment pour ceux inhérents à l’émergence d’une culture de la politique et de la citoyenneté.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte constitue une mise à jour d’un ensemble de contributions que nous avons publiées sur la qu (...)

1La Guerre de libération nationale (1954-1962) qui allait clore la période de colonisation française en Algérie (1830-1962), constitue sans doute le fait majeur dans la structuration de la conscience nationale en Algérie, et est considérée comme le principal événement fondateur de l’Etat national qui émerge avec l’indépendance du pays. C’est ce qui explique que les programmes officiels d’enseignement de l’histoire dans le pays la mettent particulièrement en exergue, en lui assignant une place de choix par rapport à d’autres séquences de l’histoire nationale et même universelle. Différentes générations de programmes et de manuels scolaires se sont succédées non sans quelques tâtonnements, de la date de proclamation de l’indépendance à nos jours. Deux d’entre elles retiendront ici notre attention : celle liée à la période dite d’Ecole fondamentale qui va de 1976 à 2002 (avec parfois des aménagements apportés surtout depuis les années 1990), et celle qui commence en 2002 après qu’une commission nationale de réforme du système éducatif (CNRSE) a planché durant l’année 2000 sur des propositions de réforme du système éducatif algérien.

2Nous ajouterons enfin que si dans l’ancien système nous avions affaire à un manuel officiel unique pour chacune des classes, le principe pour les nouveaux programmes est de permettre un choix entre plusieurs propositions de manuels. La mesure n’est cependant pas encore généralisée, en histoire notamment où nous en sommes toujours au manuel unique par année d’enseignement.

I. De l’Ecole fondamentale au nouveau système : les programmes d’histoire

Les deux systèmes d’enseignement

3Le projet d’Ecole fondamentale visait à fondre en un enseignement obligatoire de 9 ans, les anciens cycles primaire (6 années) et moyen (3 années) en un enseignement obligatoire de 9 années allant de la 1ère A.F (1ère année fondamentale) à la 9ème A.F avec une certaine cohérence pédagogique affichée, censée s’appuyer sur d’importants moyens matériels et humains devant répondre à une forte poussée démographique et à la mise en œuvre de plans de développement socio - économique ambitieux. A partir de l’âge de 15 ou 16 ans, une partie des élèves devaient être orientés vers la formation professionnelle et des technicums, ou vers un enseignement secondaire dispensé dans des lycées en 3 années (de la 1re A.S à la 3e A.S) et préparant à l’examen du baccalauréat. Le système ayant été très critiqué pour des raisons sur lesquelles nous ne nous attarderons pas ici, la réforme introduite entre 2002 et 2007 restructure le système éducatif en distinguant entre, d’un côté, un enseignement « de Base » toujours obligatoire durant 9 années mais organisé en un cycle primaire de 5 années (de la 1re A.P à la 5e A.P), et un cycle moyen de 4 ans dispensé au collège (de la 1re A.M à la 4e A.M), et de l’autre, un cycle secondaire qui est, par ailleurs, toujours dispensé durant 3 années consécutives (de la 1re A.S à la 3e A.S) au sein des lycées. Cette restructuration s’accompagne bien entendu de changements dans les programmes.

4Nous commencerons donc par présenter brièvement les enseignements d’histoire dispensés dans les deux systèmes, et ce à travers un survol des sommaires des manuels officiels (un seul par année), rédigés en langue arabe.

I.1 L’enseignement de l’histoire de 1976 à 2002

5Un enseignement spécifique d’histoire était dispensé à partir de la 5e A.F et se poursuivait jusqu’en 3e A.S (la classe de Terminale). Sur quoi portait cet enseignement réparti en 8 programmes annuels ?

  1. En 5e A.F, il était exclusivement question de la Guerre de libération nationale (dite en France, Guerre d’Algérie, 1954-1962).

  2. En 6e A.F le programme cible aussi exclusivement l’Algérie, mais en s’intéressant à la période coloniale jusqu’à la veille de la Guerre (1830-1954).

  3. En 7e, 8e et 9e A.F, sont respectivement abordés l’Antiquité (jusqu’à l’émergence de l’Islam au VIIe siècle), le Moyen âge, la Renaissance européenne ainsi que le démarrage de l’entreprise coloniale, et enfin l’histoire moderne et contemporaine (à partir de l’expansion ottomane).

  4. Au lycée, il est question en 1re et 2e A.S d’histoire moderne et contemporaine (du XVIe siècle à la 1re Guerre mondiale) et en 3e A.S, de l’évolution au XXe siècle (depuis l’Entre - deux guerre) ainsi que des grandes aires de civilisations et quelques institutions mondiales ou régionales (ONU, CEE, Ligue des Etats arabes).

6Nous préciserons enfin que l’enseignement d’histoire et de géographie était dispensé à raison d’une heure hebdomadaire en 5e et 6e A.F, et de 2 à 3 heures (selon les filières) dans les autres classes.

I.2 L’enseignement de l’histoire dans les nouveaux programmes (qui voient le jour entre 2002 et 2007)

7Cet enseignement commence dès la 3e A.P et se poursuit jusqu’en 3e A.S, c’est - à - dire étalé sur 10 ans (au lieu de 8 précédemment).

  1. En 3e A.P, on commence par une initiation à la discipline en présentant des notions telles celles d’événement, de temps, de lieu, de chronologie et d’échelle, de carte …, avant d’aborder pour la première fois une histoire nationale limitée à la période de Guerre de libération.

  2. En 4e A.P, on revient sur les éléments méthodologiques traités en 3e A.P, avant d’aborder l’Algérie à travers les notions de patrie, de symboles nationaux, d’identité nationale, puis de rudiments d’histoire nationale algérienne portant sur la préhistoire et l’Antiquité, le Moyen âge et les Temps modernes avec la mise en évidence des différents Etats qui se seraient succédés jusqu’à la période précoloniale.

  3. En 5e A.P, le programme est consacré à la période coloniale avec une mise en exergue des formes de résistance à la colonisation jusqu’à la Guerre de libération nationale, et à la politique menée par l’Etat algérien indépendant (à partir de 1962).

  4. En 1re, 2e, 3e et 4e A.M (au collège), il est respectivement question de l’Antiquité maghrébine (en 1ère A.M), de la fin de l’Antiquité et de l’apparition de l’islam et les débuts de sa civilisation au Moyen Orient et au Maghreb (en 2e A.M) du Monde musulman au Moyen âge, de la période ottomane ainsi que de l’Etat algérien précolonial et de la colonisation française et la résistance nationale jusqu’en 1870 (en 3e A.M), et enfin de l’Algérie de 1870 jusqu’à l’indépendance et aux débuts de l’Etat national avec sa politique internationale (en 4e A.M).

  5. En 1re, 2e et 3e A.S (au lycée), les programmes traitent du monde musulman et des grandes transformations en Europe de 1453 à 1914, ainsi que de l’Algérie de 1515 à 1830 (en 1re A.S), du colonialisme européen en Afrique et en Asie, des relations de l’Europe avec le Monde de 1815 à 1954 et de la colonisation française, puis de la résistance algérienne de 1830 à 1954 (en 2e A.S), et enfin pour la classe de Terminale (3e A.S) de l’évolution mondiale de 1945 à 1989 (Bipolarisation, Tiers - monde), et de l’Algérie de 1919 à 1989.

8Les emplois du temps prévoient enfin pour les nouveaux programmes dans le primaire une heure d’enseignement hebdomadaire pour l’histoire et la géographie (soit 30 minutes pour chacune des deux disciplines) trois heures d’histoire, géographie et économie (soit 1 heure par discipline) au collège (cycle moyen), et enfin deux à quatre heures hebdomadaires en histoire et géographie, selon les filières et les années, dispensées au lycée (soit de la 1re à la 3e A.S).

9Après avoir fait une présentation succincte des programmes d’histoire en vigueur en Algérie, nous essaierons d’entrer dans le vif du sujet en nous attardant plus sur les contenus des enseignements portant spécifiquement sur la Guerre de libération. Un descriptif plus précis des programmes portant sur la question et tels qu’ils ressortent des sommaires des manuels servira de support à cette démarche.

II. La Guerre de libération dans les anciens manuels

  • 2 Si l’instauration de l’Ecole fondamentale a commencé en 1976, sa généralisation date de 1982, et la (...)

10Comme nous l’avons constaté la Guerre d’Algérie est enseignée dans l’ancien système en classes de 5e A.F, 9e A.F et 3e A.S. Le parcours des manuels utilisés2 nous aidera à en savoir plus sur la question.

II. 1 - En 5e A.F :

11Le manuel (format 21 x 27cm) comprend dix - sept leçons et 64 pages. Les trois premières leçons (une dizaine de pages) constituent une initiation méthodologique pour des enfants qui abordent pour la première fois la discipline de l’histoire (on y traite de l’événement historique, de l’échelle du temps, des documents historiques…).Les quatorze leçons restantes et l’annexe sont consacrées à la guerre d’Algérie (une cinquantaine de pages en tout).

12Les leçons portent sur les thèmes suivants (37) :

  1. Le Premier novembre

  2. L’appel du Premier novembre

  3. Le Front de libération nationale (FLN)

  4. Les événements du 20 août 1955

  5. Le congrès de la Soummam (20 août 1956)

  6. L’Armée de libération nationale (ALN)

  7. Les crimes du colonialisme : déportations et blocus

  8. Les crimes du colonialisme : la torture et l’assassinat

  9. Le Peuple algérien défie le colonialisme : la grève générale de huit jours (janvier - février 1957)

  10. Le Peuple algérien défie le colonialisme : les manifestations de décembre 1960

  11. Le Peuple algérien triomphe (les accords d’Evian, le référendum d’autodétermination et l’indépendance proclamée le 5juillet 1962)

  12. Le prix de la liberté

  13. Le Peuple algérien poursuit sa Révolution : l’édification de l’Etat socialiste.

  • 3 Il s’agit de Didouche MOURAD, Mostefa BENBOULAÏD, Ahmed ZABANA, Zighout YOUSSEF, Larbi BEN MHIDI, O (...)

13En annexe enfin, nous avons les photographies, accompagnées d’une brève biographie, de seize martyrs de la Révolution3.

14Les leçons sont pour l’essentiel constituées de simples légendes, commentaires et données chiffrées, et statistiques accompagnant des photographies et schémas ; ces leçons se terminent avec quelques questions - exercices et un résumé de cinq à quinze lignes en rouge (comme c’est le cas pour certains commentaires). Le livre est très illustré puisqu’il comprend environ cent soixante - dix photographies et schémas en noir et blanc (l’illustration de la couverture est cependant en couleur et représente le drapeau algérien entouré d’images symbolisant la guerre et la paix). Ces photographies sont choisies en fonction de contrastes tels que : oppresseurs / opprimés, répression / résistance, force brutale / courage et détermination, voire opulence / misère sociale. Tous les aspects de la guerre y sont abordés y compris parfois des scènes très dures à montrer à des enfants (torture, cadavres défigurés…).

15Cet enseignement de 5e A.F doit être mis en relation avec le programme de 6e A.F dont le manuel est de format similaire et de même présentation pédagogique. La période coloniale y est traitée en une soixantaine de pages, vingt - deux leçons et soixante photographies et schémas en noir et blanc. Ici aussi, la seule illustration en couleur est celle de la couverture où on voit un tableau représentant la bataille de la Macta (qui vit, en juin 1835, la victoire des troupes de l’Emir ABDELKADER sur celles du général TRÉZEL, près d’Oran).

II. 2 - En 9e A.F4

  • 4 Le manuel de 9e AF n’a curieusement connu sa 1re édition qu’en 1992-1993 ce qui peut expliquer sa r (...)

16Le manuel (de format 16,5 x 23,5 cm) est composé de 256 pages et 25 chapitres et traite de la période qui va du XVIe siècle à nos jours. Il traite surtout de l’Algérie puisque 18 chapitres et 174 pages lui sont consacrés dont 7 traitent de la période coloniale jusqu’à la veille de 1954, en mettant notamment l’accent sur les actions de résistance. La guerre de libération nationale est quant à elle traitée dans 8 chapitres (ou leçons) exposés sur 75 pages et portant les intitulés suivants :

  1. Le déclenchement de la Révolution

  2. Le Front de libération nationale dirige la Révolution

  3. L’Armée de libération nationale livre des batailles

  4. Position du colonialisme en ce qui concerne la Révolution - Le peuple algérien contraint la France à reconnaître l’indépendance

  5. Les négociations

  6. Les positions internationales concernant la Révolution algérienne

  7. Le prix de liberté.

17Les textes sont accompagnés de plusieurs photographies (en noir et blanc) représentant l’ALN, l’Armée française ainsi que des scènes de répression coloniale, et une nouveauté (mais l’ouvrage ne date que de 1992), pour la première fois les photographies de Messali et de la délégation algérienne aux négociations d’Evian apparaissent dans un manuel scolaire.

18Les différents chapitres sont illustrés aussi par des tableaux récapitulatifs et des citations extraites des déclarations du FLN, de responsables et d’historiens.

II. 3 - Le manuel de la classe de 3e A.S

19Il comprend 37 chapitres et 418 pages (format 16x23,5 cm). La guerre de libération est directement traitée en trois leçons et trente - trois pages, et ce, sous les intitulés suivants :

  1. Le FLN et la Révolution algérienne (19 pages)

  2. Les négociations d’Evian, et analyse des accords (7 pages)

  3. La République algérienne : conditions d’émergence et héritage légué par la colonisation et la guerre (7 pages).

20D’autres leçons sur l’Algérie ont cependant un rapport avec la Guerre de libération. C’est ainsi que nous en avons deux qui abordent la période antérieure à 1954 :

  1. L’Algérie durant la Seconde Guerre mondiale (9 pages)

  2. Le statut de l’Algérie de 1947 et son impact (8 pages).

  3. De même, deux leçons situent la Révolution algérienne dans le contexte international, ce sont : Etude comparée des Révolutions contemporaines et de leur impact dans le monde : les Révolutions russe, chinoise et algérienne (11 pages)

  4. Le rôle joué par l’Algérie dans les processus d’Unité arabe, d’Unité maghrébine et d’Unité africaine (9 pages)

21En classe de Terminale, 7 leçons sur 37 (soit un ensemble de 70 pages) concernent donc l’Algérie et toutes ont un rapport direct ou indirect avec la Guerre de libération. L’illustration iconographique est relativement sobre par rapport à celle des autres manuels, même si quelques progrès (comme d’ailleurs pour le contenu des exposés) sont perceptibles dans la dernière réédition de l’ouvrage, qui date de 2001-2002 (c’est - à - dire juste avant l’enclenchement de la récente réforme du système scolaire).

III. La Guerre de libération dans les nouveaux manuels

  • 5 Les manuels portant sur les nouveaux programmes ont tous connu leur 1re édition pour être disponibl (...)

22Dans les nouveaux manuels5 nous l’avons vu, la guerre de libération est directement enseignée en 3e AP, 5e AP, 4e AM et 3e AS, soit dans quatre classes sur un total de douze constituant le cursus devant mener à l’examen du baccalauréat, dix d’entre elles étant par ailleurs concernées par un enseignement d’histoire (de la 3e année primaire à la Terminale).

III. 1 - En 3e A.P

23La partie réservée au traitement de la question est composée de 27 pages (sur un total de 94) de format 21 x 27cm et comprend les intitulés suivants :

  1. Histoire du déclenchement de la grande Révolution de libération

  2. Le déroulement de la grande Révolution de libération

  3. Les résultats de la Révolution algérienne

24L’ouvrage est composé de paragraphes courts portant sur la colonisation, le FLN et la Proclamation du 1er Novembre, les sacrifices consentis et l’accession à l’indépendance.

  • 6 Il s’agit des photographies de Ben MHIDI (2 fois), LOTFI (2 fois), Didouche MOURAD (2 fois), Zighou (...)

25Le tout est illustré par le texte de l’hymne national (avec photo de son auteur Moufdi ZAKARIA) et un tableau présentant une série de dates considérées comme marquantes pour la Révolution ainsi qu’une carte de l’Algérie avec le découpage des 6 wilayas combattantes. On y trouve aussi une importante iconographie en couleurs et en noir et blanc constituée de photos de combattants algériens et de militaires français, scènes d’exactions contre la population, manifestations de joie lors de la proclamation de l’indépendance du comité « des 22 » (à l’origine du déclenchement du 1er novembre), et d’une quinzaine de dirigeants héros et héroïnes morts au combat (des martyrs), photos accompagnées dans certains cas de courtes biographies6.

III. 2 - En 5eA.P

26La guerre proprement dite est abordée en 16 pages (21 x 27cm) sur un total de 95, mais auxquelles il faudra ajouter 16 autres pages traitant de la résistance à la colonisation au XIXe siècle (menées par l’Emir ABDELKADER et Ahmed BEY), et des grandes insurrections ainsi que de l’émergence du militantisme politique et du réformisme musulman dans la première moitié du XXe siècle. L’illustration y est aussi très abondante. Dans le même style que pour l’ouvrage précédent. On relèvera ici des photographies représentant les cinq responsables du FLN dont l’avion avait été détourné par les Services français en octobre 1956, des négociateurs algériens d’Evian en 1962 et même du général DE GAULLE prononçant un discours lors de sa tournée de 1958 en Algérie.

III. 3 - En 4e A.M

27Tout le programme d’histoire porte sur l’Algérie. Le manuel officiel (175 pages de format 21 x 27cm) aborde la partie de la période coloniale comprise entre 1870 et 1953 (qui est traitée en 54 pages) suivie de la période de la Guerre de libération nationale (1954-1962, qui totalise 74 pages) et de celle de l’après - indépendance (30 pages), centrée sur l’activité internationale du nouvel Etat (Soutien aux Mouvements Nationaux et rôle dans les organisations internationales et régionales, rapports Nord - Sud…)

28La première partie de l’ouvrage donne aux élèves un éclairage sur l’évolution du système de colonisation à partir de la fin du XIXe siècle en insistant sur le renouvellement du mouvement de résistance qui passera des formes insurrectionnelles traditionnelles centrées surtout sur les campagnes et l’impact des confréries religieuses, à des formes plus adaptées à la nouvelle structuration sociale liée au capitalisme colonial (association et partis politiques qui constitueront le Mouvement National). La Guerre de libération nationale traitée dans la partie suivante apparaîtra donc comme une conséquence inéluctable de tout ce processus. La préparation et le déclenchement de l’insurrection y sont présentés de manière relativement détaillée, depuis la crise et la succession au sein du principal parti nationaliste (le PPA - MTLD), l’intervention du groupe issu de l’Organisation spéciale (OS) et la réunion « des 22 », jusqu’à la Proclamation et au déroulement des Evénements du 1er Novembre, l’organisation du Front de libération nationale (FLN), sa stratégie, son action et ses directions successives, les réactions des autorités et de l’Armée française, l’impact sur la société algérienne et l’opinion internationale, et toutes les luttes et péripéties qui mèneront jusqu’aux négociations d’Evian et à l’indépendance du pays. Une abondante iconographie et des citations et extraits de déclaration, analyses et témoignages, en rendent la lecture assez attrayante.

III. 4 - En 3e A.S (classe de terminale)

29Le manuel qui atteint les 237 pages (toujours de format 21x27 cm), est composé de 3 parties essentielles. La première aborde (en 72 pages) l’évolution du monde de 1945 à 1989 en axant sur la bipolarisation Est - Ouest, la deuxième (68 pages) s’intéresse aux différents pays et régions du Tiers - monde (toujours entre 1945 et 1989), en présentant les Mouvements nationaux, la décolonisation et l’action des nouveaux Etats et des organisations internationales auxquelles ils participent (souvent dans un contexte de crises politiques nationales et internationales), et la troisième (90 pages) traite de l’Algérie durant la période qui va de 1919 à 1989. Dans cette dernière partie il est question de l’évolution du Mouvement national jusqu’à la veille de 1954, de la Guerre de libération et enfin de la période de l’indépendance.

30La séquence qui va de la préparation du déclenchement du 1er Novembre 1954 aux Accords d’Evian et au Référendum d’indépendance est présentée en 45 pages (soit la moitié du total portant sur l’Algérie). Le texte est aussi illustré que celui de 4e AM en iconographie et en citations, mais plus réduit en nombre de pages (45 pages contre 74), ce qui s’explique par une pédagogie différenciée pour des élèves d’âges et de niveaux scolaires différents et par le fait que le programme des classes de Terminale est plus chargé et ne traite pas exclusivement de l’Algérie.

IV. D’un programme à un autre : les enjeux de l’enseignement de l’histoire de la Guerre de libération

31Nous avons pu constater que dès la dernière décennie d’exercice de l’ancien système d’enseignement, des changements avaient commencé à être introduits dans les contenus des manuels, comme c’était le cas pour celui de 9e AF (en 1992-1993) et la dernière édition de celui de 3e AS (en 2001-2002). La réforme introduite à partir de 2002 va généraliser cette tendance et la confirmer. Avant d’aborder les causes qui en seraient à l’origine, nous allons tenter de cerner ce qui caractérise cette évolution.

IV. 1 Des changements perceptibles dans la présentation de l’histoire nationale

32L’histoire de la Guerre de libération nationale est abordée dans le système de l’Ecole fondamentale (1976-2002) à travers trois approches réparties entre les trois années où elle est au programme :

  1. En 5e A.F, c’est - à - dire lorsqu’elle est exposée pour la première fois à des élèves (âgés de 10 à 11 ans et qui reçoivent pour la première fois un enseignement d’histoire) elle apparaît comme un fait singulier et fondateur.

  2. En classe de 9e AF elle est plutôt insérée dans la longue durée puisqu’elle est située dans une continuité qui remonte à l’Antiquité (au programme de 7e AF), en passant par le Moyen - âge et l’Epoque moderne et contemporaine et en allant jusqu’à l’émergence du phénomène colonial.

  3. En classe de Terminale (la 3e AS), on l’aborde comme un phénomène contemporain qui porte en lui la marque globale de l’histoire du XXe siècle, en insistant sur les épisodes de la bipolarisation Est - Ouest et de l’émergence du Tiers - monde.

33Ces tendances sont maintenues dans les nouveaux programmes, avec cependant des nuances assez importantes.

34La première à signaler est que l’enseignement de la Guerre de libération commence dès la classe de 3e AP, c’est - à - dire à destination d’enfants âgés de 8 à 9 ans, et qu’on l’aborde de nouveau en 5ème AP après avoir présenté en 4e AP puis au début de 5e AP une histoire nationale qui s’étale de la préhistoire et de l’Antiquité berbère jusqu’à la période coloniale pour insérer ensuite l’événement dans cette profondeur et en montrer la continuité après l’indépendance du pays. Ceci est valable pour l’enseignement moyen caractérisé par la même continuité entre la 1re AM et la 4e AM, avec cependant une ouverture sur l’histoire universelle, confirmée dans l’enseignement secondaire (en 1re AS, 2e AS et bien entendu en 3e AS). En dehors de l’épisode de la Guerre de libération, la profondeur historique nationale proprement algérienne était faiblement représentée et avait tendance à être diluée dans une histoire du Monde musulman centrée sur le Moyen - Orient. La présentation de l’événement du 1er Novembre 1954 semblait en effet marquée par ce que l’historien Mohammed HARBI a décrit comme un « Mythe de la table rase » couvrant toute la période précédente en dehors de ce qui avait rapport à la civilisation arabo - islamique. Même les luttes politiques menées contre le système colonial dans le cadre du Mouvement national étaient déconsidérées et marginalisées dans l’ancien programme. N’étaient, en fait, valorisées que l’action du Mouvement des Ulamas réformistes parce qu’elle permettait de faire la jonction avec un passé islamique idyllique et les grandes insurrections armées (Résistances menées par l’Emir ABDELKADER et autres soulèvement tribaux et confrériques du XIXe siècle, répression sanglante lors des journées qui suivirent les Evénements du 8 Mai 1945), censées constituer de simples répétitions générales préparant l’assaut final lancé ce jour de la Toussaint qui, dans la conscience nationale, continue à fonctionner comme « Le Grand Soir ».

IV. 2 Des Noms et des Lieux7…Vers une histoire plus objective ?

  • 7 Ce sous titre est emprunté au titre de l’ouvrage autobiographique publié en 1998 par l’historien Mo (...)

35Des changements importants sont donc apparus dans les nouveaux programmes pour une meilleure mise en évidence de tout ce qui dans l’histoire nationale aurait précédé la date du 1er Novembre 1954, et c’est là une tendance qu’on commençait à déceler dans des éditions de manuels de l’ancien programme dès les années 1990 ; c’est le cas notamment pour ceux de 7e AF (réédition de 1992 - 1993 et qui traite de l’Antiquité) et de 9e AF (édité en 1992 - 1993) et de 3e AS (réédité en 2001 - 2002) qui tous les deux abordaient la période coloniale et la Guerre de libération nationale.

36Les deux derniers ouvrages semblent entamer une rupture par rapport aux pratiques en cours jusque - là. Les élèves avaient ainsi pour la première fois accès (en 9e AM) à une présentation « positive » des biographies de Messali HADJ (avec une photographie à l’appui) ainsi que de Ferhat ABBAS et des noms de dirigeants du FLN ayant survécu à la guerre et jusque - là tabous comme c’est le cas pour BOUDIAF, RABAH BITAT, KRIM BELKACEM, AIT AHMED, BENBELLA, KHIDER, BENKHEDDA, BOUSSOUF et OUAMRANE et avec en sus une photographie représentant la délégation algérienne aux négociations d’Evian (mais sans les noms !). Jusque là nous avions affaire à une histoire à la fois héroïque et anonyme où n’étaient citées que les personnalités mortes en « martyrs », ou alors pour la période antérieure à la Guerre, les noms des responsables de l’Association des Ulamas (avec de nombreuses citations et illustrations iconographiques à l’appui représentant IBN BADIS, EL IBRAHIMI et d’autres dirigeants).

37Avec les nouveaux programmes, on va non seulement aborder (succinctement, il est vrai) l’action des autres partis constitutifs du Mouvement national jusqu’à la veille de 1954 (PPA, MTLD, AML, UDMA, PCA), avec les photos de quelques dirigeants, mais aussi resituer les origines du FLN depuis les précurseurs de l’Organisation spéciale (0.S), et du Comité des « 22 » (avec leurs photos) jusqu’aux responsables qui se sont retrouvés au premier plan, ainsi que les principales phases de l’action militaire et politique de Mouvement jusqu’en 1962, en abordant même la période de l’indépendance.

  • 8 En fait les auteurs de la dernière édition du manuel de 5e A.F datant de 2004 et à destination de l (...)

38Les tabous ne sont cependant pas tout à fait levés. Ainsi si la photographie de Abbane RAMDANE, par exemple, apparaît trois fois dans le manuel de 4e AM (à l’occasion du Congrès de la Soummam en Août 1956 ou comme membre des deux Comités de coordination et d’exécution CCE, qui se sont succédé entre 1955 et 1956), son nom n’est cité nulle part. C’est déjà mieux que dans l’ancien manuel de 5e AF dans lequel, on annonçait conformément à ce qu’avait publié El MOUDJAHID qu’il était tombé en « martyr » à la frontière marocaine alors qu’il avait été exécuté par ses propres camarades en décembre 1957. On ne dit donc pas encore tout… mais on évite au moins le mensonge flagrant8.

IV. 3 Peut être quelques autres signaux pour le futur

39Aucune référence n’est faite non plus à propos des Européens communistes, chrétiens et autres libéraux qui ont participé ou soutenu le FLN, souvent en y laissant la vie. Sur une coupure de la une de l’Echo d’Alger datant du mardi 29 janvier 1957 et titrant sur « l’échec » de la grève générale de huit jours qu’avait lancé la veille le FLN et présenté comme document dans le manuel de 3e A.S, on peut cependant lire (en français et sans traduction en arabe) : « Deux Européennes, la mère et la fille, auraient été arrêtées à la suite des attentats de samedi, rue Michelet ». C’est peut être un timide signal pour les futurs manuels.

40D’autres signaux doivent être pris aussi en ligne de compte, tels la relativisation dans les nouveaux programmes de deux autres « mythes » galvaudés et toujours signalés par HARBI (et aussi LACHERAF). Celui d’abord « d’un soulèvement unanime » du peuple avec la reconnaissance (dans le livre du 4e AM) du fait que près d’un demi - million d’Algériens auraient de manière volontaire ou non participé à la guerre aux côtés des Français (conscription obligatoire, engagés et bérets bleus, policiers et collaborateurs divers). Celui ensuite de la Guerre de libération comme étant d’essence paysanne et sur lequel nous reviendrons.

41On signalera enfin l’effort fourni, notamment dans le manuel des classes terminales, pour illustrer les différents chapitres, non seulement d’extraits de déclarations algériennes ou françaises et commentaires de presse, mais en y intégrant aux côtés d’auteurs divers, des historiens non - conformistes tels Mahfoud KADDACHE, Slimane CHEIKH, Mohammed TEGUIA ou Mohammed HARBI et Benjamin STORA, les citations étant traduites du français à l’arabe.

IV. 4 Les faits marquants de la guerre selon les manuels scolaires

42Un certain nombre de faits marquants caractérisent cette guerre selon les manuels.

  1. Tout d’abord, bien entendu, son origine qui remonte à l’oppression coloniale, qui a suscité au sein de la société une tradition de résistance centrée sur la communauté et qui peut prendre des formes insurrectionnelles, idéologiques (culture et religion), et politiques (dans le cadre du Mouvement national). Nous avons vu que toutes ces données sont prises en ligne de compte dans les manuels même si certaines manifestations sont parfois privilégiées. Ensuite l’Evénement lui - même qui est disséqué sans doute dans les nouveaux manuels plus que dans les anciens en séquences importantes et que nous tenterons d’énumérer ici :

  2. La réunion des « 22 » issus de l’OS et la proclamation du 1er Novembre 1954 avec les actions armées menées cette même journée :

  3. L’attitude des partis nationaux traditionnels vis - à - vis du FLN

    • 9 L’actualité médiatique ces dernières années avec le retour du débat sur la torture est notamment pr (...)

    La répression coloniale9

  4. Les prises de positions internationales (Afro - asiatiques, grandes puissances, ONU…)

  5. L’opération menée par l’ALN le 20 Août 1955 dans le Nord constantinois.

  6. Le Congrès de la Soummam en Août 1956 avec constitution du CNRA, puis l’organisation du FLN et de l’ALN, puis du GPRA en 1958

  7. Les changements politiques en France avec notamment le passage de la IVe à la Ve république en 1958.

  8. Les opérations militaires menées par l’Armée française et les actions pour couper la population civile du FLN et de l’ALN (plan de Constantine, recherche d’une troisième force, centres de regroupement de la population, action de SAS et du deuxième bureau).

  9. Le soutien apporté par la population au FLN avec notamment la grève générale de 8 jours (Janvier - février 1957) et les manifestations de décembre 1960.

    • 10 Avec en illustration dans le manuel de 3e A.S une photographie du « Quarteron de généraux » se pava (...)

    La réaction des ultras de la colonisation avec le putsch des généraux (Alger en avril 1961) puis l’Action de l’OAS10.

  10. Et enfin les négociations de cessez le feu et le Référendum menant à l’indépendance.

43Ces faits et quelques autres sont, bien entendu, présentés selon l’optique nationaliste et ont contribué à forger la conscience et la culture politico - historique des Algériens. Ceci dit, il est vrai que la Guerre de libération nationale constitue un événement relativement récent lorsqu’on l’aborde à l’école (dès les débuts de l’indépendance) et qui n’est donc pas enseigné « à froid ». Le travail pédagogique ne peut toujours à ce stade profiter du recul temporel parfois nécessaire à la « décantation » et au « peaufinage » du travail des historiens. A titre de comparaison on peut signaler, par exemple, que la Révolution française n’a commencé à être intégrée aux programmes d’enseignement du pays concerné qu’un siècle environ après qu’elle a vu le jour, et que l’enseignement de la Guerre d’Algérie pose toujours problème en France même (avec notamment la Loi votée en Février 2005). Les acteurs qui y ont participé sont, par ailleurs, ceux - là mêmes qui se retrouvent à la tête du nouvel Etat, se maintenant ou se succédant jusqu’à nos jours au pouvoir politique et donc de décision, y compris quant au contenu d’ensemble « des savoirs » devant être transmis par l’institution éducative.

44Il ne faudrait pas perdre de vue, par ailleurs, la fonction d’intégration nationale et d’initiation au civisme assignée à côté d’autres disciplines (instruction civique, géographie et éducation religieuse aussi) à l’histoire en général et aux événements considérés comme fondateurs en Algérie, notamment, la Guerre de libération nationale).

V. Conclusion

De la guerre en général et de la Guerre de libération en particulier dans l’enseignement et les perceptions du nationalisme algérien.

45Pour des raisons propres à son histoire le nationalisme algérien est fortement empreint de populisme (Harbi toujours, parle d’un « nationalisme plébéien »). Sans nous attarder ici sur la question, nous ferons remarquer que ceci est à l’origine d’un certain nombre de caractéristiques concernant son approche de l’histoire nationale et la façon dont elle est enseignée.

46Tout d’abord il y a le rapport à la culture de l’anonymat que nous avons abordé, acquise sans doute dans l’expérience de la clandestinité au sein du Mouvement national, de l’OS, puis du FLN, et la jeunesse, à l’origine, des dirigeants confrontés à la répression et à des luttes internes qui se sont traduites notamment par la rupture en 1954 avec le « Père fondateur », Messali ainsi que des enjeux de pouvoir durant la guerre comme après l’indépendance. C’est certainement de là que découle le credo et la devise officiels « Par le Peuple et pour le Peuple » ou encore « Un seul héros, le Peuple ». Ensuite, le rapport au communautarisme qui tend à idéaliser une société précoloniale et essentiellement rurale dont le référent islamique constituait, sur le plan idéologique, le principal ferment unificateur ; c’est ce qui renvoie au mythe d’une Révolution paysanne. C’est ce qui explique sans doute aussi que, dans la Proclamation du 1er Novembre 1954, on parle de « Restauration » de l’Etat algérien (précolonial), ce qui devait susciter cette mise au point dans la Plateforme élaborée lors du Congrès de la Soummam, et qui, confrontée à la question de la construction d’un Etat moderne a plutôt mis en avant la notion de « Renaissance » (de l’Etat algérien). Selon que l’on se place dans une perspective ou dans une autre, la colonisation peut être perçue dans la continuité des Croisades subies au Moyen - âge ou alors considérée comme inhérente à l’émergence d’un monde moderne et du capitalisme en Europe, et la Guerre de libération ramenée donc à un avatar du Djihad traditionnel (au sens guerrier du terme), ou envisagée comme un processus lié aux Mouvements nationaux contemporains et ayant pour finalité l’Etat national, c’est - à - dire une entité politique radicalement différente de celles connues dans le passé précolonial et colonial et qui permettrait enfin aux Algériens l’accès au statut de citoyenneté.

47Chez les élites algériennes acculturées et travaillant à la fois en langues arabe et française, les deux conceptions sont en compétition constante.

48A tout ceci il faut ajouter la violence du choc colonial, et l’absence de toute perspective de solution politique qui s’en est suivi, d’où l’idée que le changement sociopolitique ne peut émerger que de l’action violente, « véritable accoucheuse de l’histoire ». C’est là que réside le débat entre ceux qui privilégient les phases de résistance armée durant les 130 années de colonisation et le « martyre », tel celui subi par les victimes de la répression sanglante du 8 Mai 1945, et ceux qui considèrent que ceux - ci ne peuvent expliquer à eux / elles seuls le processus qui a mené à l’indépendance du pays. Le type de colonisation et son acharnement n’ont certes fait que compliquer le débat.

49Les Algériens, après leur indépendance, se retrouvaient donc confrontés à toutes ces approches ; l’enjeu du présent est de situer l’impact du politique dans la société algérienne sans nier que la violence lui a souvent été imposée, mais que cette dernière devra désormais constituer l’exception, la règle étant la politique, comme l’exprimaient encore les rédacteurs de la Plateforme de la Soummam en postulant « la primauté du politique sur le militaire ».

50L’impasse du parti unique et l’évolution sanglante qu’a connue l’Algérie depuis une quinzaine d’années ont contribué à reposer le problème du statut de la politique, ce qui nous a poussé dès les années 1990 à nous questionner sur le rapport à notre histoire y compris à travers les changements qui commencent à caractériser les programmes scolaires. Dans les programmes les plus récents, on a ainsi cherché à mieux expliquer aux jeunes générations la contribution à l’émergence d’une conscience nationale apportée par les différentes composantes et partis politiques agissant au sein du Mouvement national. On a voulu de même présenter la Guerre de libération à travers toutes ses caractéristiques, militaires et politiques.

Haut de page

Bibliographie

AGERON, Charles - Robert (Dir) (1997). La guerre d’Algérie et les Algériens. Paris : Armand Colin.

BORNE, Dominique ; NEMBRINI, Jean - Louis et RIOUX, Jean - piere (Dir) (2002). Apprendre et enseigner la Guerre d’Algérie et le Maghreb contemporain. Paris : CRDP de l’Académie de Versailles.

CARPENTIER, Claude (coordination) (1999). Identité nationale et enseignement de l’histoire. Contextes européens et africains. Paris : L’Harmattan.

Collectif (1993). Actes du colloque organisé à la Sorbonne en mars 1992 : Mémoire et enseignement de la Guerre d’Algérie. Paris : Ligue de l’enseignement et Institut du Monde arabe, 2 volumes.

Collectif (1997). Elites et questions identitaires. Alger : Casbah Editions.

Collectif (2000). La Guerre d’Algérie au miroir des décolonisations Françaises. Actes du colloque organisé en Novembre 2002 à la Sorbonne en l’honneur de Charles Robert AGERON. Paris : Société française d’histoire d’Outre - mer (SFHOM).

GHALEM, Mohammed et REMAOUN Hassan (coordination de l’Ouvrage) (1995). Comment on enseigne l’histoire en Algérie. Oran : CRASC.

HARBI Mohammed (1984). Le FLN, mirage et réalité. Paris : Ed JA.

HARBI Mohammed (1984). 1954, La Guerre commence en Algérie. Bruxelles : Complexe.

LAAMIRI, Abdeljalil ; LE DAIN, Jean - Michel ; MANCERON, Gilles et REMAOUN, Hassan (textes rassemblés par) (1993). La Guerre d’Algérie dans l’enseignement en France et en Algérie. Paris : CNDP.

LACHERAF, Mostefa (1965). L’Algérie, Nation et société. Paris : Maspero.

LACHERAF, Mostefa (1998). Des noms et des lieux. Mémoire d’une Algérie oubliée. Alger : Casbah Editions.

LARDJANE, Omar (coordinateur) (2004). Mostefa LACHERAF, une œuvre, un itinéraire, une référence. Alger : Casbah Editions.

LEON, Antoine (1991), Colonisation, enseignement et éducation. Paris : L’Harmattan.

LIAUZU, Claude et MANCERON, Gilles (Dir.) (2006). La colonisation, la loi et l’histoire. Paris : Syllepse.

MANCERON, Gilles ; REMAOUN, Hassan (1993). D’une rive à l’autre, la Guerre d’Algérie de la mémoire à l’histoire. Paris : Syros.

MAROUF, Nadir et CARPENTIER Claude (Dir.) (1997). Langue, Ecole, Identités. Paris : l’Harmattan.

STORA, Benjamin (1991). La Gangrène et l’oubli. La mémoire de la Guerre d’Algérie. Paris, Découverte.

Périodiques :

1. Naqd, Revue d’études et de critiques sociales, Alger (n°5, 1993) et (14/15, 2001)

2. Insaniyat. Revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales, Oran, CRASC, (n°3, 1997), (n°19 - 20, 2003) et (n°25 - 26, 2004).

3. International Textbook Research, Georg - Eckert - Institut, Braunschweig (n°1, vol. 26 - 2004).

Haut de page

Notes

1 Ce texte constitue une mise à jour d’un ensemble de contributions que nous avons publiées sur la question et dont on retrouvera certains titres en bibliographie. Nous intégrons ici la toute récente génération de manuels en usage en Algérie.

2 Si l’instauration de l’Ecole fondamentale a commencé en 1976, sa généralisation date de 1982, et la plupart des manuels que nous abordons ici ont eu une première édition en 1982-1983 (y compris pour le cycle secondaire). Les manuels sont édités à l’origine par un Institut pédagogique national (IPN dépendant du Ministère de l’Education nationale) et qui fut restructuré dans les années 1990 en deux organismes différents : l’Institut national de recherche éducative (INRE) et l’Office national des publications scolaires (ONPS).

3 Il s’agit de Didouche MOURAD, Mostefa BENBOULAÏD, Ahmed ZABANA, Zighout YOUSSEF, Larbi BEN MHIDI, Oureda MADDAD, Hassiba BENBOUALI, Ali LA POINTE, Omar YACEF (mort à l’âge de 12 ans), Abane RAMDANE, Abderrahmane TALEB, AMIROUCHE, Si EL HAOUES, Si MHAMED, Aissat IDIR, Lotfi et Fadila SAADANE.

4 Le manuel de 9e AF n’a curieusement connu sa 1re édition qu’en 1992-1993 ce qui peut expliquer sa relative ouverture et liberté de ton, ce qu’on retrouve d’ailleurs dans les nouvelles éditions du manuels de 7e AF pour l’antiquité (réédition de 1992-1993) et de 3e AS (dans la dernière réédition pour l’ancien programme, soit en 2001-2002).

5 Les manuels portant sur les nouveaux programmes ont tous connu leur 1re édition pour être disponibles selon les classes d’âge touchées par la réforme entre la rentrée scolaire de 2002-2003 et celle de 2007-2008. La série complète des manuels d’histoire est désormais disponible sur le marché avec la publication pour la rentrée de septembre 2007 des manuels de 5e AP et de 3e AS. Si des éditeurs privés ont commencé à être agréés pour mettre sur le marché des manuels portant sur certaines disciplines, ce n’est pas encore le cas pour l’histoire qui relève encore du monopole éditorial de l’ONPS.

6 Il s’agit des photographies de Ben MHIDI (2 fois), LOTFI (2 fois), Didouche MOURAD (2 fois), Zighout YOUSSEF (2 fois), AMIROUCHE (2 fois), Ourida MEDDAD, Aissat IDIR, BENBOULAÏD, Mohammed BOUGARRA, Idriss OMAR, Taleb ABDERRAHMANE, Hassiba BENBOUALI, El DJILALI BOUNÂAMA, Si EL HAOUAS, Badji MOKHTAR. On y trouve aussi un portrait de l’Emir ABDELKADER et une photo du poète Moufdi ZAKARRIYA.

7 Ce sous titre est emprunté au titre de l’ouvrage autobiographique publié en 1998 par l’historien Mostefa LACHERAF décédé cette année (en 2007). L’ouvrage était intitulé : Des noms et des lieux. Mémoire d’une Algérie oubliée.

8 En fait les auteurs de la dernière édition du manuel de 5e A.F datant de 2004 et à destination de la dernière promotion de l’Ecole fondamentale semblent avoir été plus objectifs en signalant dans la biographie de ABBANE qu’il « a été tué au Maroc en Avril 1958 ».

9 L’actualité médiatique ces dernières années avec le retour du débat sur la torture est notamment prise en ligne de compte avec la reprise dans le nouveau manuel de 3e A.S d’une caricature de PLANTU montrant le général AUSSARESSE « à l’œuvre » et la photographie en dernière page de couverture du manuel de 4e A.M de Louisa IGHILARIZ. Cette dernière illustration semble intéressante, en ce sens que des personnes toujours vivantes sont représentées (avec aussi Zhor DRIF) aux cotés de personnalités comme Ben MHIDI, Krim BELKACEM, BENBOULAID, Zighout YOUCEf, Ali LA POINTE et d’autres dont l’Emir ABDELKADER et MESSALI (en 1ère page de couverture).

10 Avec en illustration dans le manuel de 3e A.S une photographie du « Quarteron de généraux » se pavanant sur l’esplanade du siège du Gouvernement général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Remaoun, « L’enseignement de la Guerre de libération nationale (1954 - 1962), dans les anciens et nouveaux manuels algériens d’histoire. Un enjeu pour l’affirmation d’une culture de la citoyenneté  », Tréma, 29 | 2008, 5 - 19.

Référence électronique

Hassan Remaoun, « L’enseignement de la Guerre de libération nationale (1954 - 1962), dans les anciens et nouveaux manuels algériens d’histoire. Un enjeu pour l’affirmation d’une culture de la citoyenneté  », Tréma [En ligne], 29 | 2008, mis en ligne le 01 mars 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://trema.revues.org/701 ; DOI : 10.4000/trema.701

Haut de page

Auteur

Hassan Remaoun

Enseignant - chercheur Faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran et Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC - Oran)

Haut de page

Droits d’auteur

Trema

Haut de page
  • Logo Centre d’Etudes, de Documentation et de Recherches en Histoire de l’Education
  • Logo Faculté d’Éducation de l’Université Montpellier 2
  • Revues.org