Navigation – Plan du site

Avant - propos

Alain Carlo et Michèle Verdelhan-Bourgade
p. 1-2

Texte intégral

1Différentes journées de mutualisation centrées sur les problématiques de l’enseignement des langues étrangères et en particulier sur celles de l’enseignement bilingue ont été organisées par l’IUFM de l’académie de Montpellier chaque année depuis 2004. Les premières journées concernaient la dimension interculturelle du plurilinguisme, les suivantes avaient été recentrées sur l’apprentissage des langues étrangères. Enfin, celles de 2007 ont eu pour objet l’enseignement des disciplines non linguistiques en langues étrangères et en langues régionales. Journées de mutualisation et non pas colloque ou symposium, ces rencontres ont permis de confronter les expériences de formation des enseignants développées dans divers IUFM et dans diverses universités françaises ou étrangères aux pratiques professionnelles d’enseignants de terrain. La participation d’institutionnels, représentants des corps d’inspection ou du Ministère de l’éducation et du Ministère des affaires étrangères, ont enrichi les débats. Ces rencontres annuelles devaient servir de liens entre la réflexion scientifique, la recherche sur l’enseignement et la formation des enseignants. À ce titre, elles correspondaient bien aux objectifs de la revue TREMA et la publication des actes des journées de 2005-2006 et de quelques textes de celles de 2007 ont trouvé tout naturellement place dans cette revue consacrée aux recherches sur l’enseignement et la formation.

  • 1 Circulaire, B.O n°23 du 8 juin 2006
  • 2 Groupe de pilotage des langues vivantes

2L’intérêt suscité par ces rencontres régulières s’explique d’une part par l’importance des enjeux que constitue l’approche rénovée de l’apprentissage des langues étrangères dans le système éducatif français1, mais aussi par la place renforcée des langues étrangères dans la formation des enseignants du fait par exemple de l’existence d’une épreuve de langue étrangère au concours de recrutement des professeurs des écoles. Ce renforcement se décline aussi par un pilotage académique accru et par une responsabilité plus grande des échelons locaux2. La mise en œuvre de référentiels de niveaux de compétence et la diffusion du Cadre européen de référence pour les langues (CECRL) illustrent les enjeux nationaux et internationaux que représente l’amélioration des dispositifs d’enseignement des langues étrangères. D’ailleurs les migrations supposent une prise en compte éducative de l’existence des langues d’origine et de langues de scolarisation. Enfin, la forte progression des sections européennes en France, si elle reste modeste – au regard de ce qui se fait dans d’autres pays européens dotés de systèmes d’enseignement bilingue plus anciens – n’en illustre pas moins la nécessité de repenser les problématiques de l’enseignement bilingue, en prenant en compte non seulement les apprentissages mais aussi la mobilité des stagiaires des IUFM.

3La maîtrise d’une langue étrangère, une des sept compétences du socle commun de connaissances et de compétences, reste un objectif. Des journées de mutualisation sur ces thèmes ont au moins le mérite de prendre la mesure de l’ampleur de ce vaste chantier.

4Fidèle à ses orientations, la revue TREMA propose donc ici un numéro étoffé, s’efforçant d’éclairer, sans complaisance, des notions actuellement importantes pour l’enseignement et la formation par des analyses scientifiques de haut niveau, basées sur des observations précises, d’où découlent des pistes pédagogiques.

5Ce numéro va s’organiser en trois temps. Trois articles vont d’abord envisager la question du plurilinguisme et de son enseignement d’une manière générale. Le concept étant lui-même complexe, les réponses institutionnelles ou pédagogiques ne vont pas de soi (M. VERDELHAN - BOURGADE) et l’école élémentaire française n’a peut-être pas encore saisi toute la difficulté du problème, et les besoins qui en découlent (J. DUVERGER). P. MONJO montre comment la France et l’Angleterre ont traité de manière différente la question de l’enseignement des langues.

6Dans une deuxième phase on se penchera sur l’enseignement des disciplines non linguistiques, selon l’expression qui, pour être consacrée, n’en est pas moins aberrante (L. GAJO) : quelle discipline et quel enseignement peuvent en effet se passer du langage ? L. GAJO étudie le processus de conceptualisation et le rôle de la reformulation, entre clarification et explication. K. BOUCHEZ et M. HARDOUIN examinent chacune la construction malaisée d’une compétence en apprentissage bilingue, la première à travers l’enseignement de l’histoire, la seconde en ce qui concerne l’économie de sociétés : selon les langues, la manière de concevoir la discipline, et le lexique employé pour désigner les phénomènes, traduisent des visions différentes. Un enseignement bilingue ne peut se résumer à une traduction d’une langue à l’autre, mais suppose l’intégration par l’apprenant de modes de raisonnement adaptés à l’objet de l’enseignement dans chaque langue. Or les manières d’enseigner peuvent être un frein à cet apprentissage en situation plurilingue, comme le montre l’étude de C. NOYAU sur le Togo. J. DUVERGER propose des pistes pour parvenir à une véritable alternance en cours de DNL, seul moyen selon lui pour l’élève d’acquérir une compétence bilingue.

7La troisième partie est consacrée à des études de cas sur divers terrains : celui des langues régionales en France (L. BONET), celui de la Roumanie et du Vietnam avec la collaboration de collègues roumains (I. ALBULESCU M. ANCA et M. BOCOS), et vietnamien (VI VAN DINH), preuve supplémentaire de la vitalité internationale de l’IUFM de l’académie de Montpellier.

Haut de page

Notes

1 Circulaire, B.O n°23 du 8 juin 2006

2 Groupe de pilotage des langues vivantes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Carlo et Michèle Verdelhan-Bourgade, « Avant - propos », Tréma, 28 | 2007, 1-2.

Référence électronique

Alain Carlo et Michèle Verdelhan-Bourgade, « Avant - propos », Tréma [En ligne], 28 | 2007, mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://trema.revues.org/242

Haut de page

Auteurs

Alain Carlo

Responsable du service Relations internationales, IUFM de Montpellier

Michèle Verdelhan-Bourgade

Professeur, Sciences du Langage, université Paul Valéry - Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Trema

Haut de page
  • Logo Centre d’Etudes, de Documentation et de Recherches en Histoire de l’Education
  • Logo Faculté d’Éducation de l’Université Montpellier 2
  • Revues.org